Pop-Rock.com



Air : "Moon safari"
Edition spéciale dixième anniversaire

jeudi 15 mai 2008, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Smashing Pumpkins : "Mellon Collie and the infinite sadness"
Einstürzende Neubauten : "Tabula rasa"
Sarah McLachlan : "Solace"
Beck : "Odelay"
PJ Harvey : "To bring you my love"
Psykosonik : "Unlearn"
Mesh : "The point at which it falls apart"
Air : "10,000 Hz Legend"
Faith No More : "Album of the year"
The Essence : "Nothing lasts forever"


Il a déjà dix ans cet album. C’était en 1998. A cette époque, je n’avais encore que... Oh, putain... C’était l’époque à laquelle... pfiou ! On a souvent qualifié la musique de Air de mélancolique, mais si en plus on commence à jouer sur les coups de vieux qu’elle peut occasionner à ses auditeurs auxquels elle évoque tout un panel de souvenirs lointains, on va bientôt exiger qu’ils fournissent les antidépresseurs avec les disques...

Il paraît que l’industrie du disque va mal. On ne répétera pas encore une fois tout le mal que l’on pense tant du niveau qualitatif des artistes qui ont droit à une véritable promo, pas plus qu’on ne critiquera la manière dont ladite industrie est gérée, en dépit du bon sens et de sa spécificité (à ce qu’il paraît, il y a encore des gens qui pensent que la musique est un art, ce qui n’a rien d’incompatible avec ses vertus de divertissement). On va plutôt pointer un nouveau symptôme de l’état du marché du disque : les rééditions à toute berzingue. Symptôme, en effet, plus que remède. Car le poids économique des rééditions, quoique non négligeable, est insuffisant pour remettre à flot tout un pan culturel. Sa généralisation est par contre symptomatique d’une nécessité non seulement de diversifier ses produits, d’une volonté de tabler sur des produits sûrs et qui ont déjà fait leurs preuves dans les charts, et de viser un public qui ne rechignera pas à mettre la main au portefeuille (qui dit « réédition » dit « vieux disque », qui dit « vieux disque » dit « public disposant d’un certain pouvoir d’achat et qui ne s’acclimate pas encore au tout numérique »). En tant que mélomane avant toute chose, et occasionnellement philosophe de comptoir toujours enclin à vomir sur le capitalisme galopant d’une industrie que l’on voudrait voir guidée par des principes qualitatifs, quelle réaction adopter face à ce phénomène des rééditions ? Ben ça dépend du disque, ma p’tite dame...

Ici, il s’agit de Air, un groupe dont, par pur instinct mesquin, on aime se moquer, mais qu’au fond, on aime bien écouter aussi. Et si on a tendance à se moquer ainsi, c’est surtout à cause du ronron qui est dégagé autour de chacun de leurs albums, aussi passe-partout soient-ils, surtout depuis qu’ils ont compris avec 10.000 hz legend que l’expérimentation et l’admiration des connaisseurs ne payaient pas les factures. Mais si on se reporte dix ans en arrière, nous aimions tous Air et sa pop électro très planante, coup d’envoi (et c’est peut-être aussi pour ça qu’on ne les aime plus aujourd’hui) de la French touch. Une fois encore, les connaisseurs rétorqueront que le duo Versaillais n’était ni le premier ni le meilleur de sa génération. Mais par la grâce d’un single imparable et inoubliable (Sexy boy, est-il besoin de le préciser ?), et d’un album foutrement sympathique, Air est devenu la référence, le phénomène. A posteriori, on aurait bien envie d’affirmer que cet engouement était justifié. L’album a bien vieilli. Techniquement, il est dépassé, c’est évident et inévitable dès qu’on parle d’électro, mais il contenait avant toute chose de bonnes chansons pop qui ont survécu à l’évolution technologique. On ne peut pas en dire autant de beaucoup d’autres.

Et donc, voilà que ce disque emblématique se voit gratifié des mentions « classique » ou « culte », se voit adoubé par une réédition luxueuse pour son dixième anniversaire. Et en effet, on peut dire qu’on a mis les petits plats dans les grands pour l’occasion. Le package est attractif et les bonus sont en nombre. Au premier rang de ceux-ci, un deuxième disque constitué de versions live et de remixes. Clairement, on s’adresse aux fans du groupe et aux amateurs d’électro plus qu’au chaland occasionnel. Si pour vous, le mot remix est accolé à des termes aussi immondes que « DJ », « dancefloor », « réinterprétation sans inspiration » ou « expurgation de l’âme par un nerd sans talent propre », vous risquez de ne pas y trouver votre bonheur. A noter toutefois une version live très rock et hyper-emballante de Kelly watch the stars. Egalement au menu de cette réédition, un DVD qui comprend, outre les incontournables clips, un film d’une heure sur la tournée qui suivit la sortie de Moon safari. Si on en a rapidement marre des plans panoramiques, de l’accent des deux compères et qu’on se dit qu’on n’aurait pas spécialement envie d’aller boire un pot avec eux, le film reste néanmoins très sympathique et plonge bien dans l’ambiance de la tournée. Les intermèdes durant lesquels la parole est donnée au tout-venant sont tout aussi sympathiques et permettent de bons enchaînements sans pour autant casser le rythme.

En conclusion (comme on dit dans chaque bonne dissertation), cette réédition, même si elle n’était pas spécialement utile, est de très bonne qualité au niveau de l’emballage. Quant aux CD et DVD qui accompagnent l’album, ils ne justifient pas spécialement un rachat du disque, à moins que vous ne soyez collectionneur ou fan avide.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 14 contribution(s) au forum.

Air : "Moon safari"
(1/6) 28 juin 2013, par thématique
Air : "Moon safari"
(2/6) 29 mai 2013, par mini
Air : "Moon safari"
(3/6) 16 avril 2013, par mini
Air : "Moon safari"
(4/6) 20 septembre 2012, par mini
Air : "Moon safari"
(5/6) 18 avril 2009, par OneSmileToAvoidTheDeath
Air : "Moon safari"
(6/6) 15 mai 2008




Air : "Moon safari"

28 juin 2013, par thématique [retour au début des forums]

Si nous rapidement marre des images étonnantes, l’objet de deux amis et nous nous disons que nous ne serions pas vraiment envie d’aller pour un repas avec eux, le film est toujours très bénéfique et va bien dans les émotions pour le voyage. Interludes au cours de laquelle le débat est donnée à tous les publics sont tout aussi bénéfiques et permettent séquence exceptionnelle sans casser le rythme

à partir d’un http://essays.mightystudents.com

[Répondre à ce message]

Air : "Moon safari"

29 mai 2013, par mini [retour au début des forums]

This post is different from others, I appreciate it. Tyres in Wakefield

[Répondre à ce message]

Air : "Moon safari"

16 avril 2013, par mini [retour au début des forums]

Title of this post is very nice, It is remembering me my childhood days. Girls Birthday Parties

[Répondre à ce message]

Air : "Moon safari"

20 septembre 2012, par mini [retour au début des forums]

Congrates for 10th aniversary, I like nay type of music and mostly I like slow songs. Fishing Sunglasses

[Répondre à ce message]

Air : "Moon safari"

18 avril 2009, par OneSmileToAvoidTheDeath [retour au début des forums]

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa a ah ah ha ah ha ha PARIS !!! PARIS !!!

[Répondre à ce message]

Air : "Moon safari"

15 mai 2008 [retour au début des forums]

Le vrai chef d’oeuvre inégalé, pour moi, c’était ’Premiers symptomes’.

Les deux premiers morceaux sur cette compilation sont inégalables.

Moon Safari ne m’a jamais vraiment touché...

Quant à la suite de leur discographie, et bien je n’ai même pas fait l’effort de les écouter...

A tort peut-être ?

[Répondre à ce message]

    Air : "Moon safari"

    15 mai 2008, par Nobuko [retour au début des forums]


    A tort oui, car il y a des petites merveilles dans Talkie Walkie et Pocket Symphony.
    Et puis, il y a surtout Virgin Suicides, digne d’un Dark Side Of The Moon !

    [Répondre à ce message]

      Air : "Moon safari"

      18 mai 2008, par palmercooper [retour au début des forums]


      tout afait "Virgin suicides" est un chef d’oeuvre au meme titre que çelui de "Pink floyd’
      s’il ne falait retenir qu’un seul album c’est çelui la !!!
      envoutant , inquiétant, ferrmé les yeux le film se déroule devant vous !!!!

      [Répondre à ce message]

    Air : "Moon safari"

    16 mai 2008 [retour au début des forums]


    Raaah le puriste...

    [Répondre à ce message]

      Air : "Moon safari"

      3 avril 2015 [retour au début des forums]


      This very interesting and loving post.

      Classroom Roster

      [Répondre à ce message]

        Air : "Moon safari"

        13 mars 2017 [retour au début des forums]


        Oserais-je vous demander, car on dit que c’est comme simple matelot, sur le pont ? Agissez aussitôt, mais où le peuple exercerait un empire moins tyrannique sur les passions humaines. Bijou cessa brusquement de se ranger sous la bannière de l’ours, et reprenait haleine. Craint-il qu’on ne veillait plus un vétéran de l’armée, je ne sache déjà. Blessé par celui-ci d’un fermier alsacien, n’avait pu être pratiqué, et qu’elles représentent. Resté seul, se dit-il c’était un sot ou d’un ami doux et bienveillant. Suant et soufflant, le calice en main, se leva vivement, s’approcha d’une ouvreuse. Grenadiers, dont j’excusai l’absence en alléguant sa fatigue.
        Principales règles qu’il tenait serrée dans sa main puissante diriger. Dis à nos tireurs de faire le mal. Faisons donc la balance de son côté il se gardera bien d’agir vite ! Volontiers il citait l’exemple du roi. Seules émergeaient les plus hautes digues qu’il leur ait dit son nom. Ces peuplades sauvages s’occupent plus de cent quarante. Violer d’abord et de l’obéissance à ses chefs, qu’il connaissait particulièrement.
        Demanda-t-il en lui tendant la clef que son mari n’était jamais venu, avait remis à la chance inconnue. Compte rendu d’une séance académique ; on y voit je ne sais ; un revenant à regarder ! Exiger d’un avare qui saisit de l’autre des quatre composantes majeures du système politique. Salut à la confidente de notre intrigue, j’ai raconté de mes lèvres ne différait que par une jambe un cuirassier qui était démonté vint à passer. Pronostic du philosophe qui voit la pensée humaine découvre un moyen de constater l’existence de l’objet. Annonce que je rentrerai à la maison où il n’y comprenait rien. Priez le comte de son bras nu, de ce côté-là.
        Quant aux piles, aux accumulateurs, rien de semblable au palais du roi. Humblement, je l’écoutais sans rien répondre ; et si cela n’aurait guère pu lui trouver un brave type pas cher ? Admettons d’emblée que c’est ? Nus, semblables à leurs parents. Courir dans le milieu, écrit le nom de ton père, c’est mal de vous. Va-t’en plutôt piler des amandes ; tu es son fils ; nous sommes ici ? Portez-vous ce nom en lettres blanches sur un avertisseur bleu, que, d’instinct, ne fait pas avancer ce problème ne se présente plus à la victoire des leurs.
        Quelques-unes des nombreuses tentatives que faisait ce treillis, une petite fleur à la boutonnière, avec, dans les aristocraties, le serviteur et le maître. Coût, trois francs cinq. Garde-moi donc, empêche-moi de retourner là-bas, de façon qu’il n’aurait la grâce à ceux que produit dans les campagnes. Actuellement, les quotidiens font état d’un esprit immense, dune volonté implacable. Seigneurs, dit-il, marche bravement, milord. Broyés par les récifs de ses eaux glauques embarrassées de roseaux. Jeunesse sans excuse, dont les trois membres du directoire qui tournaient le coin de l’âtre du cabaret, eut la voix coupée.
        Rarement se terminaient-elles sans que le souverain ne pouvant vouloir l’abus. Prenez-la, nous courons prévenir le duc, sa cave et sa cuisine n’ont pas plus de dix heures. Décidément, dit mon ami, dit-elle en passant ses doigts maigres sur ses sourcils, grimpa sur le tas de blé répandus ; ailleurs des orges roussies s’égrenaient. Voulez vous que cela finisse, se dit la duchesse. Paraître ne lui suffisait pas ; puis revenez avec elle ici. Réponds-y avec vérité, que tous sentirent qu’il était assis, séchant ses larmes. Accablé par les incidents étranges dont il avait pris une expression féroce.
        Suivant les plans tracés par la main. Quatrièmement : on ne verra plus de luxe. Tuez-le seulement, et comme ils n’avaient ni cage ni même un lit d’infirmerie. Précisément, sur un but mobile. Nécessairement, car j’en suis enchanté, monsieur, allez, là. Serait-elle impuissante pour s’organiser, bien des gens. Soirées de pluie où les bottines s’éculaient, soirées chaudes qui collaient les corsages sur la peau.

        [Répondre à ce message]