Pop-Rock.com



Aerosmith : "Just push play"
Un dinosaure au goût du jour

mercredi 12 mars 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Queens Of The Stone Age : "Era vulgaris"
Nid & Sancy : "Talk to the Machine"
Duran Duran : "Red carpet massacre"
Klimt 1918 : "Just in case we’ll never meet again"
Montevideo : "Montevideo"
Melissa Auf Der Maur : "Auf Der Maur"
Enhancer : "Désobéir"
Foo Fighters : "In your honor"
Placebo : "Meds"
Phillip Boa & The Voodooclub : "Diamonds fall"


20 ans qu’ils sont considérés comme des has-been ! Bon gré mal gré, les Toxic Twins continuent à nous livrer des albums tous les 2 ou 3 ans, avec un succès commercial presque toujours au rendez-vous, succès basé plus souvent sur une estimation experte des goûts du grand public et une capacité certaine à composer des chansons accessibles à tous que sur un réel talent d’innovation.

Pas de quoi dérouter les fans d’Aerosmith avec cette nouvelle sortie : leur style, à la croisée du rock, de la pop et du funk, reste reconnaissable entre mille, tout comme la voix criss(p)ante de leur célèbre chanteur lippu. Dans la lignée de Nine lives, Just push play ne dérogera pas non plus à la règle selon laquelle tout album d’Aerosmith depuis le milieu des années 80 contient son lot de grandes balades très enlevées, avec violon en arrière plan et tout le toutim. Le single multi-matraqué Jaded en est une fois de plus l’exemple parfait. Pas mauvais en soi, mais on ne peut plus conventionnel et indéniablement conçu dans le moule un peu rouillé de Crazy ou Cryin’.

Beyond beautiful, qui ouvre l’album, démarre très fort avec une intro puissante et un refrain hyper-accrocheur, et se hisse sans problèmes au titre de meilleure chanson de l’album. Just push play, titre rythmé assez classique et le single Jaded se laissent ensuite écouter sans déplaisir, mais tout se corse avec le quatrième titre, Fly away from me : si on tolère sans trop de difficultés les balades du groupe, on avait espéré, un peu naïvement il est vrai, échapper pour une fois aux slows larmoyants et dégoulinants de romantisme bon marché que Tyler et Perry se sont toujours obstinés à glisser dans chaque album. Pas de panique cependant, il n’y a que deux plages de cet acabit sur l’album (dont une avec la participation discrète pour ne pas dire invisible de la charmante fille Tyler), les autres morceaux conservant un minimum de dignité. Des arrangements électroniques viennent fréquemment apporter une touche moderne aux compositions de cet album, notamment sur Under your skin ou sur le surprenant Outta your head, au rythme quasiment techno dans les premières secondes. Cette dernière composition se distingue également par un style et un phrasé typiquement rap.

Bien entendu, il vaut mieux ne pas garder à l’esprit qu’Aerosmith a été autrefois un groupe de hard rock. Leur approche est de plus en plus ouvertement commerciale et grand public, et les tentatives actuelles d’injecter un peu de rap et de techno dans leur musique démontrent à loisir leurs tentatives de toucher le plus large public possible. Il n’empêche que le vieux dinosaure a toujours eu du talent pour composer des chansons bien torchées et immédiatement accessibles, et cet album en apporte à nouveau la preuve. Just push play est un album de power-pop honnête, certes trop complaisant vis-à-vis de la mode et pas franchement inoubliable, même au sein de la discographie du groupe, mais auquel on ne peut pas reprocher son manque de rythme. Si vous recherchez de la musique plus profonde et plus intègre, passez votre chemin !



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Aerosmith : "Just push play"
(1/1) 31 mai 2015




Aerosmith : "Just push play"

31 mai 2015 [retour au début des forums]

Aerosmith has always been consistent of giving out hit songs. He is one of the greatest artist of all time. - Dony McGuire

[Répondre à ce message]