Pop-Rock.com



And One : "Aggressor"
Le soulèvement des machines

vendredi 4 février 2005, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Anathema : "A natural disaster"
Tomahawk : "Anonymous"
Jarvis Cocker : "Jarvis"
Frigo : "Funambul"
Electric Six : "Fire"
Leonard Cohen : "Dear Heather"
Relaxed Muscle : "A heavy nite with"
Black Rebel Motorcycle Club : "Take them on, on your own"
Clinic :"Winchester cathedral"
The Shins : "Wincing the night away"


Héritiers autoproclamés de Depeche Mode et Nitzer Ebb, And One est le genre de formation qui ne met personne d’accord. Tour à tour considéré comme une farce grotesque ou un bastion imprenable des musiques électroniques, And One n’en reste pas moins extrêmement populaire du Rhin jusqu’à l’Oural. Si en France, seuls peu d’initiés avides de marcels tachés de sueur savent apprécier la musique de ce groupe allemand, il se trouve qu’en Russie, And One est le deuxième plus gros vendeur d’electro-pop derrière... Depeche Mode. Et tout ça en allemand.

Emmenée par le fringant Steve Naghavi, seul capitaine du navire, la formation n’a plus rien à apprendre de ses aînés D.A.F. ou Front 242. Cela fait maintenant 14 ans qu’ils ont entamé leur grand voyage dans la pop industrielle avec un Anguish qui soulevait déjà pas mal de questions à l’époque. Aggressor, leur dernier album en date, sorti en 2003, est l’équivalent du dernier Killing Joke (voir ici), toutes proportions gardées : un véritable cri de guerre. And One possède une conscience politique mondiale, et cela est probablement dû au fait que Naghavi lui-même soit d’origine iranienne, ses parents s’étant installés en Allemagne après la chute du Shah. Qu’à cela ne tienne : il reste beaucoup de choses à dire sur And One.

Premièrement, tout comme Type O Negative dans le metal, And One utilise abondamment le second degré. Naghavi est quelqu’un de facétieux qui possède un certain esprit punk - leurs concerts restent mémorables, soit en bien, soit en mal : il est en effet fréquent que Steve entre en scène avec quelques grammes d’alcool dans le sang. Si la musique d’And One peut nous paraître trop alternative pour être écoutable - et quand je dis alternative, j’aurais dû dire "barrée" -, ils sont pourtant signés chez une major en Allemagne, sûrement parce que sur tout album d’And One, entre les différentes attaques de basses synthétiques et les beats sonnants et trébuchants, se cachent toujours deux ou trois petites perles plus sages qui méritent même de sortir en single. Toutefois, au niveau des sonorités, And One reste toujours quelque part entre les bruits industriels du Construction Time Again de Depeche Mode et les assauts analogiques d’un Nitzer Ebb. Steve Naghavi va même jusqu’à imiter la coiffure de Dave Gahan, façon clip de Master and servant, et ce depuis les débuts de And One. Ce qui peut nous apparaître comme une espèce de mascarade parodique ne choque pourtant personne dès que l’on passe une certaine limite géographique européenne.

Mais alors, quid de ce dernier album ? Forts des événements mondiaux de 2003, Naghavi se lance tour à tour dans la description amère du conflit israélo-palestinien (Fehlschlag) ou dans une critique acérée de la politique américaine (Strafbomber, véritable bombe - sans jeu de mots - taillée sur mesure pour les dancefloors EBM). Si les thèmes restent donc en rapport avec la guerre et l’incertitude du monde géopolitique, les sonorités synthétiques se chargent également de faire ressortir cette atmosphère. Quoiqu’il arrive, And One a toujours quelque chose à dire. A la manière d’un KMFDM, mais sans guitares, Naghavi s’attaque à la dévotion idiote dans Für immer et à l’industrie du disque (tant qu’à faire) dans Sternradio. Le seul morceau radiophonique et d’ailleurs sorti en single est le désabusé mais touchant Krieger, qui tente de dépeindre un amour combatif, envers et contre tous. Comme le nom de l’album l’indique, l’heure est pour And One à la prise de conscience - on n’avait plus vu ça chez eux à ce point depuis leur chef-d’œuvre absolu de 1994, j’ai nommé I.S.T.. Chaque morceau de Aggressor semble avoir une mission particulière : Fernsehapparat vilipende notre addiction à la petite lucarne, Speicherbar met à terre notre passivité. Si tous ces titres sont encadrés par deux instrumentaux permettant de commencer et de finir l’album, la dernière chanson en tant que telle, Tote Tulpen, est la preuve que Naghavi sait encore écrire des textes drôles - les plus hilarants de sa carrière étant Pimmelmann et Klaus -, et que le rire reste également une bonne arme. Je ne peux également pas me permettre de passer sur Schwarz, première chanson de l’album, tubesque.

And One est toujours là et continue encore et toujours à produire une musique et des ambiances que plus personne n’ose faire depuis 1989, tout en restant pourtant incroyablement intègre et fidèle à ses identités musicales. Si les sons sont clairement industriels, tout reste ici moderne et incroyablement motivant. L’album en vaut la chandelle, rien que pour Strafbomber. Si les Etats-Unis rentrent en guerre avec l’Iran, je suis curieux d’entendre le prochain And One - pour Aggressor déjà, Naghavi avait refusé d’écrire la moindre chanson en anglais, pour lui "langue de l’ennemi", alors que par le passé, And One l’utilisait abondamment. Le chanteur, pas en reste d’une provocation de plus, a d’ailleurs filmé pour son site une parodie de prise d’otage du groupe entier. Sur Aggressor, la formation remet les points sur les i à une époque ou Wolfsheim et De/Vision semblent se perdre en productions hasardeusement bien-pensantes et corrompues. C’est écrit dans la pochette : « vielleicht i.s.t. es so, daß wir die einzigen bleiben ! » - peut-être sont-ils les derniers !



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 9 contribution(s) au forum.

And One : "Aggressor"
(1/6) 21 octobre 2016, par Tennis
And One : "Aggressor"
(2/6) 9 novembre 2013, par jen
And One : "Aggressor"
(3/6) 28 décembre 2006
> And One : "Aggressor"
(4/6) 8 juillet 2005, par preacher
> And One : "Aggressor"
(5/6) 5 février 2005, par Kao Line
> And One : "Aggressor"
(6/6) 4 février 2005, par bigmat




And One : "Aggressor"

21 octobre 2016, par Tennis [retour au début des forums]

An interesting discussion is worth comment. I think that you should write more on this topic, it might not be a taboo subject but generally people are not enough to speak on such topics. To the next. Cheers Tennis Tennis

[Répondre à ce message]

And One : "Aggressor"

9 novembre 2013, par jen [retour au début des forums]

Je suis impressionné par la qualité du contenu de ce site. J’ai trouvé des informations très utiles et des idées sur une variété de sujets. Nous vous remercions de votre part de genre. Visit miami luxury homes on sunzu page.

[Répondre à ce message]

And One : "Aggressor"

28 décembre 2006 [retour au début des forums]

hum ... sinon vive rammstein ..

[Répondre à ce message]

> And One : "Aggressor"

8 juillet 2005, par preacher [retour au début des forums]

L’anglais est peut-être la langue de l’ennemi mais pourquoi alors avant même que l’album ne sorte lors d’un concert à Glauchau le 13 07 2002 le deuxième titre du live avant intro Strafbomber fut joué en Anglais.
Peut être que tout simplement les rytmiques vocales ne convenait pas pour le chant en Anglais alors on passe directement à l’Allemand,ou simplement c’était une provacation de Steve Naghavi.

[Répondre à ce message]

> And One : "Aggressor"

5 février 2005, par Kao Line [retour au début des forums]

De/Vision n’a pas fait que du mauvais, loin de là ... ça on ne peut pas dire qu’ils se soient vautrés dans l’originalité, mais ils ont à leur registre beaucoup de morceaux simples et efficaces (Blue Moon, Over the Wall, Uncaring Machine ...), et c’est parfois tout ce qu’on demande .

Sinon dans le même genre il y a Mesh aussi, ou Beborn Beton ...

[Répondre à ce message]

> And One : "Aggressor"

4 février 2005, par bigmat [retour au début des forums]

Je suis allé jeter une oreille 5 min à cet album car je ne connais pas trop le groupe.
Il y a des tas de groupes méconnus dans nos contrées qui font ce style de musique.
Dans un style devenu un peu plus rock il faudrait aussi parler de l’ame immortelle, excellent groupe autrichien. Je vous conseille d’aller sur leur site, partie news, au 22/10 et de regarder leur video clip stumme schreie. Ca vaut le coup d’oeil à mon avis.
Les curieux pourront aller voir sur le site de blutengel et télécharger quelques morceaux de ce groupe de darkwave. (certains aimeront et d’autres rigoleront un bon coup ou les deux).

[Répondre à ce message]