Pop-Rock.com



Asia : "Silent nation"
Un charme d’un autre temps

samedi 25 septembre 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Devendra Banhart : "Ninõ rojo"
Dragons : "Here are the roses"
The Von Bondies : "Pawn shoppe heart"
Skid Row : "Revolutions per minute"
Aldebert : "Les paradis disponibles"
The Bravery : "The Bravery"
The Killers :"Hot Fuss"
Muse : "Absolution"
MGMT : "Oracular Spectacular"
Omnia : "Alive !"


Se retrouver face à des sonorités aussi déphasées que celles d’Asia pourrait prêter à sourire. Sauf que ces artistes ne cherchent visiblement pas le moins du monde à s’accorder aux goûts du moment. Ils font leur petit truc dans leur coin et ils le font finalement plutôt bien.

Avec ses claviers à profusion et l’ambiance de semi-rêverie si caractéristique de ce mouvement, Asia a toujours été profondément influencé par le rock progressif. Il avait d’ailleurs été pensé à la base comme un super-groupe avec la présence de représentants de Yes, King Crimson et Emerson, Lake & Palmer, ainsi que Geoffrey Downes, leader des Buggles passé lui aussi - assez mal à vrai dire - chez Yes en 1980. Downes est aujourd’hui le seul rescapé de ce line-up luxueux. Malgré les origines très marquées de ses fondateurs, le groupe a davantage tourné ses regards vers le Rock FM avec une certaine prédilection pour les refrains bien carrés, qui lui valurent quelques solides hits au début des années 80, comme le fameux Heat of the moment.

Et puis, le destin habituel des formations qui sont trop représentatives d’une époque : la décadence, la chute, entrecoupées de piteuses tentatives de se redonner une légitimité. Asia, sans même avoir l’argument de la complexité mélodique pour lui, comme Marillion ou Pendragon, avait déjà sombré dans le néant. Démodé à l’époque où des groupes comme Poison ou les Scorpions commençaient seulement à paraître in, c’est dire !

Il semble à ce jour qu’Asia ait voulu prendre un nouveau départ avec ce huitième album studio. Petit symptôme de cette remise en question : pour la première fois dans leur discographie, le titre du disque ne commence pas par la lettre "A" et compte plus d’un mot. En fait de changement radical, on sent surtout derrière tout cela une tentative consciente et méthodique pour rattraper le coup de patte des premiers albums, et peut-être retrouver les faveurs des fans les plus anciens.

Mélodies et refrains accrocheurs par excellence, non dépourvus d’un certain raffinement décati, technique brillante, production soignée, tout a été mis en œuvre pour faire de Silent nation une des meilleures cuvées qu’Asia nous ait offert en plus de 20 années d’existence. La verve, l’espoir et la mélancolie se disputent assez harmonieusement la prééminence sur l’ensemble des plages. Le tout sonne tantôt comme du Genesis, tantôt comme du Fleetwood Mac, tantôt comme du Bon Jovi.

Silent nation est clairement une œuvre passéiste qui, de manière bien plus marquée que n’importe quoi de récent au sein du rock, ne fait pas le moindre effort pour franchir les deux décades écoulées depuis la période de gloire d’Asia. Avec ses nappes de synthés clinquantes de facilité, il serait facile de ne voir en ce nouvel effort qu’une monstruosité sans nom, une créature difforme évadée d’un sanatorium pour vieilles gloires des eighties. Mais il existe aussi un certain public à la recherche d’une légèreté, d’un petit côté kitch et innocent, voire même d’une chaleur à la fois vulgaire et rassurante qu’on ne retrouvait réellement que dans la musique de cette décennie.

Il est vrai aussi que le groupe a, par la force des choses, cessé depuis bien longtemps de calculer ses productions en terme de rentabilité financière. Tant qu’à faire, autant faire offrande à ceux qui sont précisément à la recherche de souvenirs bien précis, plutôt que de chercher en vain à accrocher le train de la modernité.

S’arrêter à ce stade condescendant serait toutefois réducteur. Car si Asia est indéniablement coincé dans une faille spatio-temporelle, il faut au moins lui laisser de réelles capacités à composer des morceaux pleins de charme qui touchent leur cible. Et cela, bien plus que le fait de savoir s’il est moral ou d’une quelconque utilité d’écouter Asia en 2004, reste ce qui importe le plus.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 5 contribution(s) au forum.

Asia : "Silent nation"
(1/3) 17 février 2015
Asia : "Silent nation"
(2/3) 30 mars 2009, par indecenthope
> Asia : "Silent nation"
(3/3) 12 janvier 2005, par stephanos




Asia : "Silent nation"

17 février 2015 [retour au début des forums]

The group’s rock music style is good. They have what it takes to be a hit now. - Marla Ahlgrimm

[Répondre à ce message]

Asia : "Silent nation"

30 mars 2009, par indecenthope [retour au début des forums]

Un bon album.

[Répondre à ce message]

> Asia : "Silent nation"

12 janvier 2005, par stephanos [retour au début des forums]

c’est un très bel album , ils passent bientôt en Belgique.

[Répondre à ce message]