Pop-Rock.com



Blue Foundation : "Life of a ghost"
Trafic d’influences

vendredi 14 août 2009, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Mark Lanegan Band : "Bubblegum"
Neil Young : "Fork in the road"
Clinic :"Winchester cathedral"
Spiritual Beggars : "Demons"
Kelly De Martino : "Radar"
Red Hot Chili Peppers : "Stadium arcadium"
Sinead O’Connor : "Sean-nós nua"
New Order : "Get Ready"
Phillip Boa & The Voodooclub : "My private war"
Texas Trauma : "Topgun Patsy"


Bon, on va essayer de commencer sur une note positive. Je ne vous dirai donc pas que Blue Foundation a commis un morceau qui a contribué à la bande originale de cette daube internationale qu’est Twilight. On va donc plutôt se concentrer sur l’essentiel, à savoir la musique. Car s’il est bien des groupes danois qu’il va falloir suivre de près dans les années à venir, Blue Foundation en fait intégralement partie.

Difficile de présenter ce collectif de pop électronique parfois à la limite du trip-hop sans parler d’Eyes on fire, excellent morceau qui figure donc au générique musical d’un film de vampires pour adolescents, adaptation de romans non moins adolescents d’ailleurs. Blue Foundation eux-mêmes se disent à la croisée de trois chemins : pop mélodique, indietronica et shoegazing. Si cela peut paraître surprenant voire mensonger au premier abord, on se rend très vite compte qu’une telle définition n’est finalement pas si loin de la réalité que l’on peut percevoir sur ce mélancolique Life of a ghost, troisième album de la bande. Les morceaux gardent en effet un esprit systématiquement éthéré, sans jamais laisser de côté guitares, basses et bidouilleries électroniques minimalistes.

En résulte une atmosphère très particuliière, très nettement palpable sur la perle pop Stuck in a hard place qui rappelle parfois le Behaviour des Pet Shop Boys. Comparaison douteuse, peut-être ? Pas complètement... il y a chez Blue Foundation ce bon goût de la pop bien faite et des mélodies à la fois très inventives et clairement harmonieuses. Et sur Talk to me, l’introduction de folk quasi-médiévale laisse très vite place à une envolée de shoegazing qui fait immédiatement penser à Blonde Redhead. On commence donc très vite à comprendre dans quel univers se situe Blue Foundation et comment ce projet parvient à mélanger autant d’influences en une seule recette musicale.

Sur ces douze titres surprenants, il n’y a pas une fois où l’on peut réellement dire qu’on savait à quoi s’attendre. Un tel sentiment est jubilatoire lors de la première écoute, puisqu’on se laisse très facilement emporter dans ce cosmos esthétique et profond. Les atmosphères sombres et fouillées ne permettent jamais de prévoir les choix effectués pour la suite du morceau, et on est très souvent impressionné par l’hétérogénéité harmonieuse des changements. On passe ainsi d’un Little by little sous drogues à un Stained bien plus nerveux avec une déconcertante facilité. Life of a Ghost est un album qui sait constamment se renouveler et qui provoque encore l’étonnement après plusieurs écoutes.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Blue Foundation : "Life of a ghost"
(1/1) 23 août 2009, par HB




Blue Foundation : "Life of a ghost"

23 août 2009, par HB [retour au début des forums]

Pop céruléenne comme j’aime où le ciel est bleu avec quelques nuages de coton, ce qui ne doit arriver que qqs semaines par an sous ces latitudes. Téléportée ici (48° 51’44’’N - 2° 21’3’’ E), sur l’asphalte abîmé par trop d’infrarouges, c’est que du bien-être. Merci pour ces moments de fraîcheur réparateurs.

[Répondre à ce message]