Pop-Rock.com



Blues Explosion : "Damage"
Un mélange explosif

vendredi 17 décembre 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Arcade Fire : "Funeral"
The Rapture : "Pieces of the people we love"
Mesh : "We collide"
Landscape : "With a little help from my friends"
Superbus : "Wow"
Peter Murphy : "Dust"
Ben Harper and the Blind Boys of Alabama : "There will be a light"
Klaxons : "Myths of the near future"
Télépopmusik : "Angel Milk"
Kelly De Martino : "Radar"


Rebaptisé plus sobrement Blues Explosion, afin de ne pas concentrer l’attention sur un musicien en particulier, l’ancien Jon Spencer Blues Explosion livre ici un nouvel opus tonitruant et anarchique, qui fait oublier en un large moulinet de guitare la petite baisse de régime de Plastic fang, voici 2 ans.

Le Blues Explosion est moins du blues à proprement parler que du rock indépendant dans la plus complète acceptation du terme : chaotique, audacieux, innovant et profondément rock’n roll. Si l’influence et la sensualité du blues restent généralement perceptibles sur la plupart des morceaux, Jon Spencer et ses deux collègues semblent viscéralement incapables de se cantonner dans une approche académique de la musique. Tout en allant chercher son style primitif au fond des âges, le Blues Explosion ne craint pas d’innover et d’apporter une touche de fraîcheur enfiévrée à un son déjà énorme à la base. Damage en offre une très belle démonstration, sautant allègrement de rustiques mélodies bluesy à de foudroyantes démonstrations de chaos déstructuré. L’originalité émerveille, tandis que l’hommage à la tradition fait instinctivement appel à ce que l’amour du rock possède de plus physique.

Les invités de marque portent une grande part de responsabilité dans l’allure hybride de Damage. Les plaintes de Martina Topley-Bird (ex égérie de Tricky) laissent planer un souffle gospel sur un morceau comme Spoiled. Le flow de Chuck D, ex guérillero de Public Enemy permet à Hot gossip, furieux mélange de rock bluesy et de hip hop, de s’imposer comme un des meilleurs moments de l’album. Fed up & low down tangue entre un refrain punk irrésistible de brutalité, et des sonorités étranges, mi jazzy, mi jungle, concoctées par DJ Shadow.

Avec Damage, chef d’oeuvre d’énergie bruitiste et polymorphe, le Blues explosion signe un grand retour fracassant, et confirme qu’il demeure bien l’un des rares groupes rock de 10 dernières année à se montrer à la fois aussi séminal et aussi pionnier. Une œuvre forte, riche et (évidemment) explosive d’un groupe qui n’a pas attendu qu’on lui explique que le rock « garage-blues-noisy » (appelez-le comme vous voulez) revenait en force pour faire rugir ses instruments.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Blues Explosion : "Damage"
(1/2) 13 décembre 2013, par EDMAR
> Blues Explosion : "Damage"
(2/2) 20 juin 2005, par lkj




Blues Explosion : "Damage"

13 décembre 2013, par EDMAR [retour au début des forums]

J’adore visiter ce site. Informations et articles publiés sont vraiment intéressants. Check out Acqualina Miami real estate Pinterest

[Répondre à ce message]

> Blues Explosion : "Damage"

20 juin 2005, par lkj [retour au début des forums]

Pour le côté pionnier je lui préfère ’Acme’ sorti en 1998.Je trouve que John Spencer tourne en rond depuis cet album.
C’est pas mal quand même.

[Répondre à ce message]