Pop-Rock.com



Brian Wilson : "Smile"
Les histoires du rock finissent mal ... (en général)

mercredi 6 octobre 2004, par Nicolas Thieltgen

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Ghost Circus : "Across the line"
Rob Zombie : "Educated horses"
Next Exit To Nowhere : "Ego to echoes"
The Kills : "Midnight boom"
Sunset Rubdown : "Shut up I am dreaming"
Coldplay : "X&Y"
Beck : "Guero"
Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"
Giant Sand : "Is all over... the map"
The Long Lost : "The Long Lost"


Presque 40 ans après s’être grillé les neurones à essayer de composer une « symphonie adolescente dédiée à Dieu », Brian Wilson boucle la boucle et propose une œuvre ambitieuse et intemporelle qui nous rassure sur l’Amérique : oui, certaines personnes aux U.S.A. ont une vision autrement plus optimiste et audacieuse de leur pays que celle de Bush et Cie. Petit rappel des faits, tout d’abord, pour ceux qui se seraient tenus à l’écart de la presse rock ces 40 dernières années.

L’Amérique dans les années 60 : ah, l’American Dream, les Golden Sixties, les voitures, le rock’n roll, la pop music et... les Beatles ! En effet, depuis 1964 (le 7 février, exactement), la Beatlemania a envahi les Etats-Unis. Concerts gigantesques (pour l’époque), émeutes de teenagers en folie, premières places des hit-parades squattés pendant de longs mois par ceux qui sont en voie de devenir « plus célèbres que Jésus-Christ » (5 singles des Beatles aux 5 premières places du Billboard), le doute n’est plus permis : les cyclones John, Paul, Georges et Ringo se sont abattus avec une violence rare sur les côtes Est et Ouest des Etats-Unis et la concurrence US est KO. Oubliés Sinatra, Presley, Bill Haley et les autres, l’heure est à l’invasion britannique ! Dans la débâcle, seuls quelques artistes US survivent : Phil Spector et son Wall of Sound est l’un deux. Les Beach Boys sont les autres.

Les Beach Boys... Un groupe californien de surf music composé de trois frères (Brian, Dennis et Carl), de leur cousin (l’affreux Mike Love) et d’un ami de la famille (Al Jardine), adeptes d’harmonies vocales, de surf, de sable chaud et de jolies filles. Au sein de ce groupe d’apparence anodine, un génie pourtant, Brian, l’aîné des frères Wilson, fortement impressionné par l’audace créative de Gershwin et par la folie et la démesure des arrangements de Phil Spector (et particulièrement Be my baby des Ronettes).

Mais attention, Brian est un génie fragile ! Lui, qui supporte mal la pression des tournées et les diverses tentations que l’on peut rencontrer sur la route (alcool, puis drogues douces et dures), ne joue d’ailleurs plus sur scène avec les Beach Boys depuis début 1965. Il est prié de se consacrer à la composition des morceaux du groupe et aux enregistrements en studio.

Brian est fan des Beatles et particulièrement admiratif des talents de compositeur du tandem Lennon-McCartney ainsi que de l’audace de Georges Martin, leur producteur. Fin 1965, les Beatles, qui ont depuis abandonné la scène pour uniquement se consacrer au studio, sortent Rubber Soul, un petit chef-d’œuvre de pop boisée et acoustique, sur laquelle la musique des anglais se révèle plus complexe, plus subtile.

Brian est jaloux à mort et rentre dans la compétition. Il compose et travaille sans relâche pour sortir, en mai 1966, Pet Sounds, aujourd’hui encore considéré comme un des chefs-d’œuvres de la musique pop du 20ème siècle et album de chevet de McCartney à l’époque et toujours aujourd’hui. Les Beatles lui répondent au mois d’août en sortant Revolver, un autre chef-d’œuvre pop à la production luxuriante et avant-gardiste.

Brian n’en peut plus, il lui faut sortir « la somme de sa vision musicale », qui relèguera les Beatles en seconde vision et fera découvrir au public la pop music du futur. Il s’enferme en studio, dépense une fortune tout au long de dix-sept séances de studio étalées sur six semaines pour produire une chanson, une mini-symphonie lumineuse qui deviendra le plus grand succès des Beach Boys : Good Vibrations.

Mais Brian ne veut pas en rester là, il s’agit pour lui cette fois de reproduire sur une plus longue durée la magie de Good Vibrations, de dépasser même ce single pour offrir au monde entier et, plus particulièrement à l’Amérique, une œuvre insurpassable qui rejoindrait au firmament de la musique, Bach, Mozart, Beethoven, Phil Spector et les Beatles…

Il s’adjoint pour cela les services d’un jeune musicien de 22 ans, Van Dyke Parks, qui doit écrire les paroles du chef-d’œuvre de sophistication que devra être Dumb Angel (titre de travail du projet, qui deviendra en cours de route Smile) et l’aider à traduire sa vision musicale en chansons. Ils entrent en studio en octobre 1966, la sortie de l’album étant prévu pour le 1er janvier 1967.

On a beaucoup glosé sur la folie de Brian Wilson pendant ses sessions d’enregistrement, sur ses caprices (l’installation d’un gigantesque bac à sable dans le studio pour lui permettre de composer dans une ambiance sereine, les musiciens de studio obligés de jouer avec des casques de pompier le morceau Fire, pour bien saisir l’âme du morceau, l’orchestre de légumes pour enregistrer Vega-tables), sur sa parano à l’égard de sa maison de disques, de Phil Spector, des Beatles, sur sa consommation excessive de substances illicites… Difficile de trier le vrai du faux dans l’amoncellement de toutes ces rumeurs. Néanmoins, ce qui est sûr, c’est que, tel un Icare moderne, Brian Wilson se brûle le cerveau pendant les sessions d’enregistrement qui tournent rapidement mal. Il laissera pas mal de plumes et aussi sa raison dans l’aventure. A la fin du printemps 1967, le projet est abandonné. Les quelques morceaux déjà enregistrés seront utilisés sur les albums des Beach Boys qui suivront, la direction musicale du groupe revenant alors à Carl Wilson, puis à Mike Love, Brian sombrant dans une profonde dépression…

Quelques temps, plus tard, les Beatles sortent Sergeant Pepper’s Lonely Hearts Club Band. Brian a perdu son pari, mais Smile devient l’album mythique qui a rendu fou son créateur et de nombreux bootlegs proposent des versions inachevées de l’album. Fin provisoire de l’histoire.

Retour vers le futur aujourd’hui avec la sortie de Smile, terminé 40 ans plus tard par Brian Wilson. En effet, remis en selle par la rencontre d’un groupe passionné de la musique 60’s des Beach Boys, les Wondermints, avec lesquels il décide de partir en tournée en 2002 pour jouer Pet Sounds et d’autres de ses tubes d’époque, Brian s’est décidé (avec l’aide bienveillante de son épouse-manager) à finir Smile avec les Wondermints et Van Dyke Parks. Il a composé de nouveaux morceaux, réenregistré la plupart des voix et des instruments à l’aide de techniques d’époque.

La première écoute de l’album désarçonne. Il est d’une prodigieuse sophistication. Une simple écoute distraite ne permet pas de saisir la richesse des harmonies et des mélodies, qui se révèlent audacieuses. Bien que certains des titres de l’album aient déjà été présents sur les albums des Beach Boys qui ont suivi Smile (Surf’s Up, Cabin Essence, Heroes And Villains, Wonderful et Good Vibrations, qui clôt l’album), ceux-ci prennent une toute autre ampleur dans le contexte de l’œuvre.

Le disque est en fait une longue ode dressant un bilan de l’histoire américaine, des Pilgrim Fathers à nos jours. Les paroles de Van Dyke Parks dressent un inventaire tantôt inspiré, tantôt absurde de l’ensemble des grands idéaux du rêve américain (l’innocence, la foi, l’espoir, la confiance en l’avenir ) et invitent la société d’aujourd’hui à retrouver cet état de grâce. On est bien loin du discours de peur et de haine qu’on entend le plus souvent émaner aujourd’hui de l’autre côté de l’Atlantique.

A l’écoute du disque, on comprend très bien pourquoi Brian a complètement disjoncté pendant son enregistrement (Mrs O’Leary’s Cow, anciennement Fire). On comprend également pourquoi il n’était pas concevable à l’époque de finir cet album avec les Beach Boys, qui ne l’aimaient pas. On est en effet bien loin de I Get around ou de California Girls. On est également bien loin de la pop des 60’s et s’il use des instruments et de certaines des méthodes de cette époque, il dépasse rapidement cet horizon pour proposer une véritable œuvre musicale, mini-symphonie qui émeut et ne ressemble à rien d’autre qu’à elle-même.

Smile est donc un disque majeur, qui, certes, n’ouvre pas de nouvelles voies pour le futur (il est bien trop personnel), mais constitue en fait le prolongement, l’approfondissement des thèmes de Pet Sounds. L’émotion engendrée par sa musique renvoie à l’innocence et à la pureté de l’enfance. Certes, la naïveté de l’ensemble, sa foi inébranlable dans le futur, le premier degré du propos pourront en rebuter certains. Il n’en demeure pas moins qu’avec ce disque, Brian Wilson se hisse au niveau de compositeurs qui ont su marier musique populaire et exigence, tels George Gershwin et finit en beauté presque 40 ans plus tard le travail entamé sur Pet Sounds. Brian a réussi : sa « symphonie adolescente dédiée à Dieu » est un véritable bijou ! Happy end.



Répondre à cet article

Nicolas Thieltgen





Il y a 8 contribution(s) au forum.

Brian Wilson : "Smile"
(1/7) 6 décembre 2013, par Edward Villanueva
Brian Wilson : "Smile"
(2/7) 17 octobre 2013, par ugg boots
Brian Wilson : "Smile"
(3/7) 8 septembre 2013, par ugg pas cher
Brian Wilson : "Smile"
(4/7) 30 août 2013, par ugg pas cher
Brian Wilson : "Smile"
(5/7) 21 août 2013, par nike free
Brian Wilson : "Smile"
(6/7) 19 mars 2010, par Anne
> Brian Wilson : "Smile"
(7/7) 3 juin 2005, par lkj




Brian Wilson : "Smile"

6 décembre 2013, par Edward Villanueva [retour au début des forums]

Je suis vraiment étonné et impressionné par les articles publiés sur ce site. Informations sont très utiles pour les visiteurs. Continuez votre bon travail sur le partage de ces grandes idées. Check out miami real estate listings on wordpress.

[Répondre à ce message]

Brian Wilson : "Smile"

17 octobre 2013, par ugg boots [retour au début des forums]

Mother also complained that I did not begin to dress up, then see uggs for sale me wear though elegant, but it also seems pretty pink, also with me, and also keeps complimenting me more and more handsome it. Well, it also Chun, said I had goose bumps straight. I thought to myself, my eyes are rolling fat when you say I have not seen bad, their children are not pleasing to the eye to see how ah. As far as I now, though, and the original is a lot better than niu, at least five senses are distinct, and can be even worse ugg boots off in my mind Jun galaxy are more than http://bootsuggsoutletforwomen.com/... yet.

[Répondre à ce message]

Brian Wilson : "Smile"

8 septembre 2013, par ugg pas cher [retour au début des forums]

Ses eggplant plume mont blanc mains serrant le manche de plume parce que tout en secouant les mains abandonnées sur le sol. Elle écarquilla nike free 3.0 v3 femme les yeux, la bouche, les dents constamment beats by dr dre crispés à l’intérieur, lors de l’émission sonore des nike air max ltd 2 dents de air max ltd 2 marron collision était trop trop trop. "Non, impossible, il est impossible de ......" Papa rapidement allé jusqu’à aider à calmer sa femme, il a pris chaussures ugg des mains de Yang-Unis en épingle à cheveux en bois, les mains se mirent à trembler.

[Répondre à ce message]

Brian Wilson : "Smile"

30 août 2013, par ugg pas cher [retour au début des forums]

dans la cuisine occupée, tout le monde ugg pas cher a commencé à parler ensemble. "Je bottes ugg 2012 homme pense que le principal groupe à notre carte, bottes ugg il devrait être beaucoup bottes ugg 2013 pas cher ah." "Je n’ai jamais pensé pourrait être si loin." "L’oncle de Don semble bottes ugg 87 homme être un ugg simple paysan qui ne nous trompe pas."

[Répondre à ce message]

Brian Wilson : "Smile"

21 août 2013, par nike free [retour au début des forums]

hvordan å nike air max 2013 komme hit ?" Nike Sko voksne se inn i kongens første Hui ansikt forandret, selv om vet at ting har forandret seg, men ikke nike air max 90 hyperfuse har tenkt på Wang Hui, den første tannen tiger ikke engang vises i denne muligheten, og denne måten å nike free run dame 41 snakke tydelig står Jane Jisheng side. Nike Free 4.0 V2 så på den første Hui, Wu nike free run dame prefekt også føttene hans, men han fulgte ikke Liu voksne åpning, tenkte han om den nåværende billige nike free plus situasjonen den verste utfallet vil bli, tenkte seg om et øyeblikk, prefekt Miss vendt side av en tjener hvisket befalt nike free run 2 dame høyt. Alle mennesker er klar over tilstanden til Dagon, har Nike Free 3.0 V4 dame vært nike air max 2012 norge den første i lang tid uansett hva, men dette er bare såkalte uansett hva tingenes tilstand uavhengig av Dagon, og Dagon air max 5 statens militær makt kan han fortsatt fast i hånden min, uansett hva, militær makt er en veldig viktig nike air max 90 norge ting. Statens militærmakt Dagon er hans første Hui Wang Yanzhou movers og Shakers nike free run sko dame i hovedstaden, selvfølgelig, for å glede sin kone verktøyet. Vel dette verktøyet, fordi nike free 3.0 selvfølgelig vil det være noen militær makt for å behage, noen vennligst naturligvis bra, men i bytte for disse billige nike free plus fordelene naturligvis en dame smil.

[Répondre à ce message]

Brian Wilson : "Smile"

19 mars 2010, par Anne [retour au début des forums]

Il n’est jamais trop tard pour réagir à une chronique ....

Attirée par une récente newsletter de pop-rock et - encore une fois - déçue de voir un joli album facilement descendu (Contra de Vampire Weekend) j’ai fait un petit tour dans les chroniques du site et suis tombée sur celle-ci.

Et là, je me suis rendu compte qu’il était infiniment plus difficile de faire une chronique positive qu’une chronique négative.

Difficile de faire passer l’admiration purement émotionnelle que provoque le Smile de Brian Wilson, compliqué d’expliquer le respect diffus, presqu’incompréhensible, que cet album suscite.
Vous l’avez bien fait, Nicolas, et c’était pas gagné.

J’aime infiniment Smile, même avec ses défauts.
Cet album est majestueux et fragile à la fois.

[Répondre à ce message]

> Brian Wilson : "Smile"

3 juin 2005, par lkj [retour au début des forums]

J’ai beaucoup de mal avec cet album ’Mythique’ que l’on connaît finallement bien puisque la plupart des titres sont parus sur "Smiley smile" et "Surf’s up".
Franchement la voix chevrotante de Brian Wilson plombe le disque et ceci malgrés les choeurs formidablements récréés par les Wondermints.
"Smile" est quand même réussi mais lorsque je l’écoute, au bout de 3 titres je me fait chier (et pourtant Brian Wilson est un de mes dieu).
Donc c’est bien de voir cela en live mais sur disque je passe un peu la main.

Je m’en fiche de Brian Wilson en 2004.

[Répondre à ce message]