Pop-Rock.com



Celluloide : "Words once said"
Not that naive...

jeudi 15 janvier 2004, par Nicolas Albin

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Modest Mouse : "We were dead before the ship even sank"
Hacride : "Lazarus"
Deine Lakaien : "April Skies"
The Long Blondes : "Couples"
Clap Your Hands Say Yeah : "Clap Your Hands Say Yeah"
JoeyStarr : "Gare au jaguarr"
Black Rebel Motorcycle Club : "Take them on, on your own"
Sigur Rós : "Takk"
Carla Bruni : "Comme si de rien n’était"
Seal : "System"


Petit rappel pour celles et ceux qui auraient raté le début : Celluloide est un trio de synth-pop basé à Marseille et officiant depuis 1999. En 2002, le groupe nous avait gratifiés d’un superbe premier album, "Naive Heart", qui définissait les bases de leur musique : des séquences électroniques entêtantes et (souvent) sautillantes élaborées par Member u-0176 (Thee Hyphen) et Patrick Holdwem, prenant leur source dans les early eighties de Depeche Mode, Soft Cell et Anne Clark (sans oublier Kraftwerk, bien sûr...), sur lesquelles la troublante Darkleti pose ses stereo vocals délicats.

Le nouvel album, "Words Once Said", qui sortira officiellement le 19 janvier 2004 sur le label BOREDOMproduct (mais déjà disponible on-line), reprend l’aventure Celluloide là où "Naive Heart" l’avait laissée. On ne sera pas dépaysé à l’écoute de ces douze nouvelles compositions, qui continuent à explorer sans relâche, par le biais de sonorités synthétiques froides et déterminées désormais devenues familières, les méandres d’une techno-pop (pardon, d’une synth-pop) classe et raffinée.

Il ne s’agit pourtant pas là d’une simple redite de "Naive Heart". Fort heureusement. D’emblée, le tubesque Synchronise nous donne l’occasion d’apprécier les vocalises de Darkleti en français dans le texte. Une première (à ma connaissance)... Et une première vraiment réussie. At School, avec ses petits arrangements nuancés et inquiétants, ouvre de nouvelles perspectives au groupe. On connaissait le culte voué par les membres de Celluloide au Depeche Mode période Vince Clarke. Remorse, hommage évident et rafraîchissant, sorte de crossover entre Dreaming Of Me et New Life, est là pour le rappeler. Après le très réussi semi-instrumental Talk To Me, le rythme ralentit sur Those Things We Felt et l’enjôleur I Missed You, histoire d’amener en douceur un Love Bizarre dark et étrange, sournois et néanmoins accrocheur dès la première écoute, un des meilleurs titres de l’album à mon sens.

Pour couronner le tout, les trois dernières pistes offrent des remixes inédits (par No Comment et Eddie Bengtsson (S.P.O.C.K.), entre autre) de Seven & Forever et Sixth Sense, dont les versions originales figurent sur le premier LP. Et comme Celluloide est généreux et inventif, les cent premiers exemplaires de "Words Once Said" commandés à BOREDOMproduct sont accompagnés d’une carte avec login et password personnalisé, donnant accès, dans la partie member’s area du site officiel du groupe, à cinq autres titres à télécharger. Tout ça pour commencer l’année en beauté. La grande classe !

Au delà des influences affichées par le trio marseillais, "Words Once Said" continue à façonner par petites touches minutieuses l’univers si particulier et si touchant de Celluloide et hisse le groupe, par la même occasion, au rang de formation indispensable de la scène électronique underground française.

Lisez également l’interview de Member-u0176 réalisée par Jérôme Delvaux en octobre 2003 (ici).



Répondre à cet article

Nicolas Albin





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Celluloide : "Words once said"
(1/2) 25 novembre 2016
Celluloide : "Words once said"
(2/2) 15 février 2013, par Bak




Celluloide : "Words once said"

25 novembre 2016 [retour au début des forums]

This is one of the most popular albums of the group. - Bath Planet

[Répondre à ce message]

Celluloide : "Words once said"

15 février 2013, par Bak [retour au début des forums]

Maybe it’s the photo, but he looks adorable here. I’m actually kinda liking the hair, and the smile, most definitely. :) http://getbestessays.com/

[Répondre à ce message]