Pop-Rock.com



Gwen Stefani : "The sweet escape"
L’échappée tiède

mercredi 17 janvier 2007, par Boris Ryczek

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Ben Harper and the Blind Boys of Alabama : "There will be a light"
The Finn Brothers : "Everyone is here"
Kasabian : "West Ryder Pauper Lunatic Asylum"
Air : "Talkie Walkie"
The Earlies : "The enemy chorus"
Interpol : "Antics"
Snowden : "Anti-anti"
Manic Street Preachers : "Journal for plague lovers"
Queen Adreena : "The butcher and the butterfly"
Deine Lakaien : "White lies"


Après les promesses de son premier album solo, qui avait bluffé la critique et conquis les foules, The sweet escape de Gwen Stefani s’avère décevant. Si l’on fait abstraction de l’irrésistible Wind it up et de l’indéniable qualité sonore de l’ensemble, l’exercice sent un peu trop la redite.

Le single laissait pourtant germer quelques espérances. Sous la houlette de Pharell Williams, l’ancienne chanteuse de No Doubt montrait son goût pour les cocktails détonants : samples de La mélodie du bonheur, yodels alpins, rythmique dancehall et infrabasses incongrues... C’était le digne successeur de Rich girl ou Hollaback girl, un de ces tubes gentiment bizarres et sexy qui rompent la monotonie des clubs et remettent en question les formules éculées. Quelque chose de très propre, certes, et qui méritait certainement l’adjectif « commercial »... Mais enfin, dans le style, quelque chose de tout à fait valable.

Et puis, j’ai écouté le reste du disque... Et là, quelle déception ! En guise d’échappée belle, Gwen Stefani ne propose qu’un bien consensuel retour aux bonnes vieilles années 80. Pour ceux qui ne connaîtraient pas Depeche Mode, il y a même Enjoy the silence, ou plutôt un succédané baptisé Wonderful life, comme la chanson de Black ! On aurait pu attendre une belle surprise de sa rencontre avec Akon. Nouvelle déception : c’est une sympathique ballade néo-sixties, vaguement épicée par quelques citations de Personal Jesus, mais qui ne nous apprend pas grand-chose. Ça ne vaut pas Smack that...

Sur la plupart des morceaux, on repère pourtant beaucoup de bonnes idées : les chœurs enfantins et plaintifs d’Orange County girl, la techno primitive des couplets de Fluorescent ou les intermèdes bruitistes de Don’t get it twisted. Mais trop souvent le refrain, calibré pour ne pas nous déranger dans nos habitudes, vient irrémédiablement annuler l’effort. Seul Yummy, toujours produit par Pharell, vient introduire un moment inespéré de primitivisme sensuel. Avec son absurde conclusion industrielle, c’est indéniablement le moment le plus avant-gardiste du disque et, par là, le plus sympathique.

Les seuls qui seront ravis, ce sont les adolescents, qui ne connaissent pas forcément Blondie, Garbage ou les girls groups, et les puristes du son, amateurs de superproductions parfaitement arrangées, les gens qui achètent un disque comme on va voir un film d’action, pour apprécier le dernier cri des effets spéciaux. Dans le genre slow R’n’B, 4 in the morning s’avère par exemple très aboutie. Chaque instrument est parfaitement à sa place, il n’y a pas une fausse note ni un millième de temps de retard et tout est parfaitement conçu pour être parfaitement émouvant. Sauf que ce n’est pas très original, voilà tout.

Ce n’est pas moi qui vous dirai plus de mal de Gwen Stefani. D’abord parce que ce disque est très élaboré, à sa manière, et qu’il mérite de trouver son public. Et surtout, ayant travaillé pour la rubrique musique d’un site s’adressant aux adolescents, je peux vous assurer qu’elle est loin d’être la pire artiste qu’on leur propose. Je trouve même sa musique plus intéressante que celle de tous les minets à guitare qui n’en finissent plus de nous apprendre les Stooges. Elle fait de timides pas en avant que les lois supposées du marché l’obligent à rétracter immédiatement après. Il reste bien des choses à inventer en mélangeant la pop, l’électro et le hip-hop. Gwen Stefani a le mérite de continuer à défricher tout doucement le terrain. Je lui souhaite simplement un peu plus de courage et d’indépendance pour la suite.



Répondre à cet article

Boris Ryczek





Il y a 10 contribution(s) au forum.

Gwen Stefani : "The sweet escape"
(1/5) 11 janvier 2017
Gwen Stefani : "The sweet escape"
(2/5) 10 juin 2008, par Yeah !
Gwen Stefani : "The sweet escape"
(3/5) 16 mai 2007
Gwen Stefani : "The sweet escape"
(4/5) 22 janvier 2007, par Mr Jones
Gwen Stefani : "The sweet escape"
(5/5) 17 janvier 2007, par Rico




Gwen Stefani : "The sweet escape"

11 janvier 2017 [retour au début des forums]

She is a talented singer and has a great music career. - Dr. Thomas Devlin

[Répondre à ce message]

Gwen Stefani : "The sweet escape"

10 juin 2008, par Yeah ! [retour au début des forums]
The-best-blog-85

J’trouve quand même que son mélange pop-rock-dance-R’n’B-hip-hop est original et assez coloré. Elle est considérée comme une chanteuse pop-rock et pourtant elle réussi à introduire des influences R’n’B/hip-hop et même parfois reggae/dancehall. Moi j’laime bien Gwen.

[Répondre à ce message]

Gwen Stefani : "The sweet escape"

16 mai 2007 [retour au début des forums]

"l’irrésistible Wind it up"

 ??????????????????????????????????????

[Répondre à ce message]

Gwen Stefani : "The sweet escape"

22 janvier 2007, par Mr Jones [retour au début des forums]

Oui, elle a du talent.

Une voix, un style, une personnalité.

Mais que penser de ces albums r’n’b au succès opportun après la fin de No Doubt ?

Elle avait l’air de plus prendre de plaisir il y a 10 ans en duo avec Bradley Nowell...

[Répondre à ce message]

Gwen Stefani : "The sweet escape"

17 janvier 2007, par Rico [retour au début des forums]

Ouf ! une critique courageuse qui ne démolit pas une cible facile, puisque sans conteste "commerciale". Et pour cause, la belle a du talent. D’abord, pour moi, elle sait quand même chanter, ce qui est un postulat assez intéressant dans la soupe RN’B qui innonde nos chaines sattelites françaises, à grand coup d’esclaves en chaleur se vautrant sur des mercedes rutilantes au pied de males torves et bègues. Mais il y a aussi de l’intelligence dans les arrangements, un son patator et une fraicheur indéniable. Espérons qu’elle délaisse un peu son côté poupée fashion et ce sera parfait...

[Répondre à ce message]

    Gwen Stefani : "The sweet escape"

    18 janvier 2007 [retour au début des forums]


    je trouve que ce qu’elle fait ne dégage rien, on dirait de la musique faite par des machines, sans aucune émotion
    lick it !

    [Répondre à ce message]

    Gwen Stefani : "The sweet escape"

    18 janvier 2007, par Red Cloud [retour au début des forums]


    Elle sait chanter ? Bof, sa voix est très quelconque (je déteste sa reprise de Talk Talk avec No Doubt). Les chanteuses rn’b ont par contre souvent de vraies capacités vocales qu’elles gâchent en interprétant une musique daubesque, Beyoncé en tête.

    [Répondre à ce message]

      Gwen Stefani : "The sweet escape"

      18 janvier 2007 [retour au début des forums]


      justement sa voix est assez personnelle ! Beaucoup plus que les "divas" rnb françaises qui se ressemblent toutes ! Et puis pas d’accord pour beyoncé, ça ne touche pas tout le monde d’accord mais c souvent super bien foutu, bien arrangé et bien interprété. Sa longévité est bien une preuve de son professionnalisme selon moi. Pareil pour la petite Gwenn.

      [Répondre à ce message]

        Gwen Stefani : "The sweet escape"

        22 janvier 2007 [retour au début des forums]


        "la petite gwen", marrant cette marque d’affection pour une pouffiasse fashion dont l’argent et le luxe a complètement fait tourner la tête.

        Peu importe la qualité de ses disques en plastique, elle mérite une avalanche de phalanges dans la gueule.

        [Répondre à ce message]