Pop-Rock.com



Hundred Reasons : "Kill your own"
Honorable, mais pas indispensable

dimanche 3 décembre 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Crowded House : "Time on earth"
Kaiser Chiefs : "Off with their heads"
Eric Darius : "Goin’ all out"
R.E.M. : "Accelerate"
Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"
Mass Hysteria : "Mass Hysteria"
Pet Shop Boys : "Fundamental"
Blackmail : "Aerial view"
Blue States : "First steps into..."
Broadcast : "Tender Buttons"


Et voici donc le troisième album de l’un des groupes anglais les plus prometteurs des prochaines années. Bon d’accord, le genre est assez rompu à ce genre d’exercice, puisque la voix ainsi que les riffs se logent dans la niche que l’on qualifierait d’émo-metal, grosso modo. Et pourtant, depuis leur Ideas above our station, les Hundred Reasons ont bien avancé dans leur idée du rock.

En général, on a plutôt affaire à un album musclé, bien travaillé. Colin Doran chante bien, très bien même, et les compositions s’articulent sur un schéma rock bien ancré dans la tête de nos Britons. C’est aussi l’album de la revanche pour Hundred Reasons, dans la mesure où leur précédente maison de disque, Sony, les avait poussés dehors sans ménagement aucun. Les revoilà donc sur les très ecléctiques V2, label sans doute plus à même de laisser libre cours aux ambitions de ce groupe.

Ce qui fait la facilité d’accès et à la fois la marque de fabrique de Hundred Reasons, c’est certainement leurs refrains qu’on fredonne instantanément. C’est bien foutu comme du Lostprophets (avec lesquels ils partagent une certaine ignorance de leur pays d’origine) et surtout hargneux comme du Bush. Ainsi le morceau titre, Kill your own, renferme une énergie assez brute de décoffrage, qui permet à la bande à Doran de trouver son propre style. Particularité intéressante : même si au moment des refrains, on retrouve toujours quelque chose qui permet de se dire que les accords sont presques téléphonés, l’instrumentation diablement garage parvient à élimer ce petit quelque chose de putassier qui aurait pu bouter Hundred Reasons hors de son champ d’action principal et les classer dans une catégorie dont ils auraient eu du mal à se défaire. Mais heureusement, sur tous les autres moments, les morceaux respirent le bon vieux rock gras et crade.

Certains morceaux sont de véritabels brûlots, et dans Live fast die ugly notamment, on se retrouve carrément entre les Queens Of The Stone Age et These Arms Are Snakes. Plutôt une bonne chose finalement : en tout cas, voici des morceaux plus explosifs, plus rocailleux également, et qui n’en finissent pas de vous asséner baffe sonore sur baffe sonore. Le problème, malheureusement, c’est que certains morceaux de cet album graissent parfois la patte aux facilités d’une certaine idée du rock alternatif US, qui s’occuperait plus de s’assurer une retraite dorée que de livrer du bon gros son. On a par exemple du mal avec No pretending ou le très pompier This mess. Fort heureusement, l’album est souvent sauvé par une production irréprochable qui parvient à faire de ce Kill your own un disque tout à fait honorable, mais malheureusement pas indispensable.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Hundred Reasons : "Kill your own"
(1/1) 31 décembre 2014, par Antoine




Hundred Reasons : "Kill your own"

31 décembre 2014, par Antoine [retour au début des forums]

Vraiment votre blog très intéressant, j’aime beaucoup vos billets.
De coté design, pensez vous de faire une refonte ? Si vous à la recherche d’une agence web Paris pour relooker votre site, n’hésitez pas à nous contactez pour un devis gratuit !
Bonne continuation :)

[Répondre à ce message]