Pop-Rock.com



Jamiroquai : "Dynamite"
Feel just like it should

dimanche 25 septembre 2005, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Raconteurs : "Consolers of the lonely"
The Peppermints : "Jesus Chryst"
30 Seconds To Mars : "A beautiful lie"
Cecilia Eyes : "Mountain tops are sometimes closer to the moon"
Nashville Pussy : "Get some"
Bosques De Mi Mente : "Inocencia"
New Order : "Waiting for the sirens’ call"
Cosmic Rough Riders : "The stars look different from down here"
Enigma : "Voyageur"
Miss Kittin & The Hacker : "First album"


Quant il ne se bastonne pas avec les paparazzi à la sortie des night-clubs, ou ne décolle pas le bitume au volant d’un de ses bolides afin de gagner le Gumball 3000, Jay Kay trouve encore le temps de s’occuper de son célèbre et inclassable groupe Jamiroquai, et donner un successeur attendu au très bon A funk odyssey. Car le petit bonhomme au drôle de chapeau, l’une des révélations les plus rafraîchissantes des années 90, fait partie de ces artistes qui peuvent rester plongés dans un mutisme inquiétant durant plusieurs années, et affoler toutes les rédactions du milieu, sitôt la première annonce d’un retour en studio lancée.

Au cours de sa carrière, l’électron libre de la pop anglaise a bien souvent changé d’orientation, y gagnant une réputation d’imprévisibilité et d’éclectisme méritée. Synkronized marqua la rupture la plus franche avec les tendances originelles et permit à Jamiroquai d’entamer sa transition vers les sonorités plus électroniques et dansantes sur l’album suivant, A funk odyssey.

Au niveau de son parcours artistique, il est à craindre que Jay Kay n’ait aujourd’hui fait le tour de sa vision musicale. Après avoir successivement touché à l’acid-jazz, au funk et au disco, Jamiroquai semble aujourd’hui préférer opérer à des permutations entre ses différentes marottes. Si les couleurs funk et acid-jazz, si attachantes sur les premières productions du farfadet, sont toujours d’actualité, elles sont donc aujourd’hui plus que jamais phagocytées par de lourdes couches d’électro et de disco. Ce genre de considérations ne préoccupera de toute façon que les obsédés de la fuite en avant. Car, en ne tenant compte que du simple plaisir que l’on peut éprouver à écouter ce bien nommé Dynamite, c’est le panard intégral. Le line-up peut bien évoluer comme bon lui semble, le génial touche-à-tout Jay Kay tient toujours fermement la barre de son navire, et semble très loin d’avoir perdu en chemin sa faculté à composer d’excellents titres à double effet kiss-cool : des pièces énergiques qui apportent une intense brise de fraîcheur dès les premières secondes, et demeurent redoutablement prenantes par la suite. Comme d’habitude, Jay Kay inscrit ses textes dans une veine que l’on pourrait qualifier de naïve ou d’éculée : écologie, amour, paix, avec un côté plus mélancolique et introspectif qu’à l’accoutumée. Au milieu du ramassis de groupes mal à l’aise dans leurs pompes qui sévit actuellement, un peu d’innocence n’est pas de refus.

La principale force de Dynamite réside donc avant tout dans la très haute qualité de ses chansons, que l’on peut écouter de toute les façons possibles, de manière assidue ou plus distraitement, dans l’ordre ou dans le désordre, sans que jamais on ne se surprenne à éprouver ce sentiment d’ennui redouté qui surgit toujours plus fréquemment, alors que le nombre d’albums inscrits à nos compteurs augmente. Restons honnêtes, tout n’est pas parfait. Si le sympathique single Feel just like it should ouvre le bal de manière on ne peut plus convaincante, le morceau le plus rock, Black devil car, est plutôt pénible dans son genre, de même que les deux titres qui le suivent et clôturent Dynamite ne sont pas franchement transcendants. En attendant, Dynamite nous aura fait la grâce de nous proposer une superbe ballade lounge (World that he wants), des sonorités funk du milieu des années 70, véritable hommage aux musiques noires de cette époque, qui égalent, voire transcendent leurs modèles avoués (Dynamite), des thèmes disco ébouriffants (Don’t give hate a chance), ou de l’électro-dance délicieusement préhistorique (Electric mistress).

Si Dynamite n’est pas la réalisation la plus originale jamais livrée par Jamiroquai, elle reste dans l’absolu un excellent album, irrésistiblement endiablé, dont la variété et la richesse sont suffisantes pour garantir de nombreuses et enthousiasmantes écoutes. Très bêtement, on est heureux d’écouter Dynamite, on éprouve une joie primitive à se prendre en pleine face des thèmes aussi chatoyants et primesautiers que Seven days in sunny june ou Taluah. Et si, tôt ou tard, les risques que Jamiroquai finisse par radoter existent bel et bien, ce n’est pas encore aujourd’hui que l’on trouvera à s’en plaindre. Convaincus ou dilettantes, vous pouvez foncer : Dynamite ne fera pas mentir son nom !



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 6 contribution(s) au forum.

Jamiroquai : "Dynamite"
(1/5) 18 juillet 2017, par dr grewal
Jamiroquai : "Dynamite"
(2/5) 5 octobre 2016
Jamiroquai : "Dynamite"
(3/5) 27 septembre 2005
> Jamiroquai : "Dynamite"
(4/5) 25 septembre 2005
> Jamiroquai : "Dynamite"
(5/5) 25 septembre 2005, par Gérard Meanvussat




Jamiroquai : "Dynamite"

18 juillet 2017, par dr grewal [retour au début des forums]

I love this album. One of my favorites of the 2000s. - Dr. Narinder Grewal

[Répondre à ce message]

Jamiroquai : "Dynamite"

5 octobre 2016 [retour au début des forums]

The group has proven to be one of the best band with this album. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

Jamiroquai : "Dynamite"

27 septembre 2005 [retour au début des forums]

Pour moi c’est un peu un retour aux sources... le meilleur album de Jami depuis travelling without moving. Et on peut pas luireprocher de donner beaucoup en concert. La derniere tournée est super moins d’artifices et plus de musique que les deux précédentes.
A voir.

[Répondre à ce message]

> Jamiroquai : "Dynamite"

25 septembre 2005 [retour au début des forums]

Ca fait 10 ans que je n’ai plus rien ecouté de Jamiroquai, alors ce que j’aimerais savoir, avant d’envisager l’achat de son dernier CD, c’est si Stevie Wonder est enfin sorti de son corps. Tout information à ce sujet sera la bienvenue.

[Répondre à ce message]

> Jamiroquai : "Dynamite"

25 septembre 2005, par Gérard Meanvussat [retour au début des forums]

Pour moi, Jamiroquai a perdu la flamme à partir de leur 3éme album. Même s’ils ont fait par la suite de grandes chansons, jamais la magie de leurs 2 premiers albums (surtout "The Return Of The Cow-Boy" : un vrai chef-d’oeuvre) ne fut retrouvée depuis. J’ai moi-même décroché depuis "Syncronised". C’est dommage...

[Répondre à ce message]