Pop-Rock.com



Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"
Soporifique...

dimanche 25 avril 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Catherine Feeny : "Catherine Feeny"
The Raconteurs : "Consolers of the lonely"
George Michael : "Patience"
Antony & The Johnsons : "I am a bird now"
Simple Minds : "Graffiti Soul"
Pendulum : "In Silico"
Blink 182 : "Blink 182"
The White Stripes : "Elephant"
The Raveonettes : "Pretty in black"
Idem : "The sixth aspiration museum overview"


Pour sa deuxième livraison postérieure au groupe légendaire qui l’a révélée (et après quelques participations mémorables aux bandes originales de blockbusters hollywoodiens), Lisa Gerrard s’est associée au compositeur irlandais classique Patrick Cassidy pour nous proposer une musique mystique qui invite à la méditation. Pour un résultat mitigé qui nécessitera quelques précautions d’usage.

Oui, la voix de Lisa Gerrard est toujours aussi envoûtante. Par rapport à Dead Can Dance, on remarque qu’elle a délaissé ses vocalises pythiques aux senteurs d’orient obscur pour adopter un flux vocal nettement plus formaliste, proche de celui d’une chanteuse d’opéra. Une évolution qui tient sans doute à la méthode choisie. Au lieu de laisser l’âme des mélodies lui dicter l’ordonnance des sons et d’utiliser sa voix comme instrument à part entière, Lisa Gerrard utilise cette fois de véritables mots, se rapprochant donc d’une interprétation plus « classique ». Pour sacraliser encore davantage les compositions de Cassidy, les langues utilisées sont le latin, le gaélique et l’araméen.

Par la première impression de froideur qu’ils laissent, les thèmes d’Immortal memory évoquent des morceaux légendaires comme Xavier ou Cantara, sur le fameux Within the realm of a dying sun. Mais là où ces inoubliables chefs-d’oeuvre s’avéraient occultes et ténébreux, les nouveaux morceaux respirent la sérénité et s’assemblent pour former une véritable quête introspective vers la lumière. Quelques-unes des pièces proposées ici évoquent d’ailleurs fortement la prestation de Lisa Gerrard dans le film Gladiator. Immortal memory se se conçoit en fait pas comme un simple ensemble de morceaux, mais plutôt comme la bande-originale d’un imaginaire film biblique.

Mais… Car il y a un « mais », malheureusement. On l’aime beaucoup, Lisa Gerrard, c’est certain. L’effet hypnotique et ensorcelant de sa voix éthérée fait toujours recette, et il est clair à l’écoute des premières pistes que Cassidy s’y entend pour élaborer des morceaux tout à la fois puissants et apaisés, religieux et profanes, inspirés et réservés. Mais passé l’agréable surprise que constitue la découverte des symphonies mystiques du monsieur, on se met à regretter que tout cela soit un peu trop dans le même ton. Non qu’il aurait fallu inclure à l’ensemble des sonorités bondissantes, mais on peine à cerner les limites des différents morceaux, qui, tous, possèdent la triste solennité et le dépouillement du tombeau.

On veut bien croire aussi que cet album a été pour Lisa une expérience transcendante, mais était-il nécessaire pour autant d’offrir une œuvre aussi uniforme ? Car l’enchantement des dix premières minutes peine tout de même à se maintenir sur toute la longueur de ces pieuses dévotions. On a en fait la désagréable impression d’avoir affaire à de la musique New Age : un comble pour l’ex-égérie de Dead Can Dance, formation qui, malgré les apparences, était tout à fait étrangère à cette mouvance pour éleveurs de chèvres…

En tant que musique d’ambiance, cette création ravira néanmoins les cercles de méditation collective, les clubs de yoga, les sourciers amateurs, et tout ceux qui pensent que le trésor des Templiers est toujours planqué quelque part. Le travail, n’étant sa répétitivité, est tout de même magistral, et cet organe…cette voix somptueuse qui semble toujours provenir d’un autre monde…elle pourrait rattraper à peu près n’importe quoi. Mais écouter Immortal memory, en le considérant comme un album classique, produira le même effet qu’un tube de Xanax mélangé à de la vodka. Vous voilà prévenus.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 6 contribution(s) au forum.

Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"
(1/4) 8 novembre 2005, par Cxfin
> Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"
(2/4) 30 juillet 2004, par Lethe
> Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"
(3/4) 7 mai 2004, par jéjé
> Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"
(4/4) 25 avril 2004, par Agael




Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"

8 novembre 2005, par Cxfin [retour au début des forums]

Que voilà du négatif ; le texte de ce Marc épris de casse date un peu au moment où j’écris ces lignes.
Tout ce que ce Marc inspire, c’est qu’il a raté quelque chose dans sa vie... et qu’il se venge.
Pourquoi ne pas parler en positivant... ?

[Répondre à ce message]

    Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"

    8 novembre 2005, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    "Positiver" est un terme aberrant qui n’a guère de sens. Pour avoir besoin de "positiver", il faut forcément voir la vie en noir, ce qui n’a à priori pas vraiment de raison de me concerner. D’ailleurs, cet album n’est pas vraiment "cassé" au sens ou je l’entends. Vous semblez d’une nature quelque peu farouche pour tout ce qui n’est pas rose bonbon, j’ai l’impression.

    [Répondre à ce message]

    Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"

    21 juillet 2007 [retour au début des forums]


    "Ce" Marc, comme vous l’écrivez avec quelque mépris, traduit assez bien, dans sa critique, les sentiments mitigés à l’écoute de cet album : c’est en effet assez répétitif et systématique, et on sent que cette voix sans conteste sublime pourrait faire beaucoup plus. Encourageant mais pas génial. Et c’est "positif" ! (quel que soit le sens de cet adjectif non-sensique)

    [Répondre à ce message]

> Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"

30 juillet 2004, par Lethe [retour au début des forums]

bin super ça va me changer de la pop-rock minable & du matraquage genre starac’ ou autre machin qu’on entend à la radio de ces jours-ci :)

ps : vivi et que devient Brendan Perry ?

[Répondre à ce message]

> Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"

7 mai 2004, par jéjé [retour au début des forums]

En fait c’est son 3eme album solo : Mirror Pool en 1995 (son meilleur !) et Duality en 1998 avec Peter Bourke (moins bien).
Sinon des nouvelles de Brendan Perry ?

[Répondre à ce message]

> Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"

25 avril 2004, par Agael [retour au début des forums]

hahahaaa excellent marco...ça devrait m plaire alors

[Répondre à ce message]