Pop-Rock.com



Liv Kristine : "Enter my religion"
Baby blues

mardi 25 avril 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Peaches : "Impeach my Bush"
Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"
Hanoi Rocks : "Street poetry"
Duran Duran : "Red carpet massacre"
Amy Winehouse : "Back to black"
Hurt : "Vol.1"
Low : "Drums and guns"
El Barön Brissetti : "Woodpecka shoes"
HRSTA : "Stem Stem In Electro"
Rob Zombie : "Educated horses"


Liv Kristine a successivement été chanteuse de Theatre of Tragedy, épouse d’Alexander Krull, fondatrice dépitée de Leave’s Eyes et, à présent, chanteuse solo. Par chez moi, on appelle ça une descente aux enfers.

La Norvégienne n’a toujours semblé très loin d’être la chanteuse la plus douée ou la plus charismatique de la grande famille des Metal female voices : pas de trace de la puissance de Tarja, ni de la sensualité de Christina, même pas de la classe de Sharon. Restons positifs : Liv possède tout de même un joli brin de voix, même si personne ne doutait que les chanteuse metal évitent généralement d’imiter le timbre de Jeanne Moreau. Et voilà aujourd’hui Liv Kristine, toute à la joie de sa récente maternité et le corps frissonant d’ondes positives, qui dédie un disque à son fils. Le procédé est connu : le grand Patrick Simpson-Jones, un temps saltimbanque dans des émissions enfantines, avait ouvert la voie. Sans doute est-ce là une manière d’assurer la filiation artistique avec l’inoubliable interprête d’Une petite musique pour elle... Et puis, dédier un disque à un nourrisson, c’est encore meilleur pour le capital-sympathie que de le dédier à la lutte contre la guerre, la famine et la pauvreté. Bon, d’accord, j’arrête. Je persifle, je persifle, mais je n’ai pourtant rigoureusement rien contre notre amie venue des fjörds, humainement parlant s’entend. D’après les quelques interviews de la donzelle que j’ai eu l’occasion de parcourir, elle semble être une personne tout à fait comme il faut : gentille, polie, sans malice, spontanée et atrocement politiquement correct. Autant de lignes et toujours rien sur l’album ? Patience. J’essaie juste de vous démontrer que je n’ai pas décidé de me "payer" Liv Kristine par antipathie bestiale envers sa personne, mais simplement parce que j’avais cru que son album solo serait un peu plus remuant que les fades productions de Leave’s Eyes. Et que j’ai une sainte horreur d’être déçu. Ca me met en colère.

Alors de quoi se compose Enter my religion, dont les plus fins d’entre vous ont déjà pu déceler qu’il ne m’avait convaincu que fort modérément ? En gros, de mélodies bien troussées et faciles à retenir, de gros moulinets de guitare en arrière plan, histoire de faire plus ou moins metal, et de quelques prévisibles tintements hispano-arabo-orientaux, qui tombent comme du harrissa dans le smörrebröd au hasard des plages, sans logique apparente. La douce voix de Liv Kristine plane sur l’ensemble, parfois avec un rien d’ampleur, mais le plus souvent dans une veine fluette et enfantine, le tout dans une atmosphère mi-positive mi-crépusuculaire, mais surtout marquée par la niaiserie.

Les pistes s’écoulent paisiblement, sans fracas, sans émotions fortes. Si on éprouve des difficultés à s’y intéresser sincèrement, il est tout aussi dur de les trouver insupportables, ces Under the moon, Coming home ou Fake a smile qui dégagent plus de faiblesse et d’humilité que de mélancolie ou de vulnérabilité sincère. Bien entendu, leurs mélodies ne sont pas déplaisantes, les refrains sont calibrés comme il faut, mais tout semble tellement en demi-teinte qu’il est réellement difficile de se sentir touché par les compositions romantico-guimauves de Liv Kristine. Tout juste prend-on la peine de tendre une vague oreille interloquée pour une reprise souffreteuse et impersonelle de Streets of Philadelphia. Avant de soupirer cyniquement devant un Take you higher, qui aurait toute sa place sur le dancefloor du Petasse Club. Et l’album est déjà terminé, fort heureusement, laissant dans son sillage la désagréable sensation d’avoir été partie prenante d’un trip Madonna goes gothopouffe. La gluante production est home-made, à savoir, c’est monsieur Krull aux commandes. Ne vous plaignez pas : pendant qu’il s’attendrit sur sa console, il n’a pas le temps de chipoter à Atrocity au moins.

En fait, j’aborde peut-être Enter my religion par le mauvais angle. Tenter de dénicher dans cette boîte de dragées musicale la moindre saveur apte à satisfaire le plus sentimental des amateurs de metal est une lutte perdue d’avance. Par contre, les fans de dark-pop prédigérée devrait trouver de quoi se sustenter amplement. Tenez, une comparaison ridicule vient justement de me traverser l’esprit à l’instant. Enter my religion, c’est du HIM féminin moins burné, moins inventif, moins trépidant. Notez qu’à la base, j’éprouve de la sympathie pour Liv Kristine et pas pour Ville Valo. C’est dire.

Vous voulez du Metal voices ? Retapez vous la discographie de Nightwish, de Within Temptation, les premiers albums de Lacuna Coil et quelques chansons d’Epica et d’Edenbridge pour faire bonne mesure. Vous n’aimez pas ça et voulez juste entendre une jeune femme chanter les sentiments d’une voix suave ? Jetez-vous sur Kate Bush, Emiliana Torrini, Sarah MacLachlan,... Peu importe. Portez votre choix sur autre chose en tout cas. Ceci, évidemment, si vous avez cessé depuis longtemps de penser que l’amour et les sentiments se déclinent obligatoirement dans des teintes roses et blanches.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Liv Kristine : "Enter my religion"
(1/2) 9 octobre 2006, par sebf
Liv Kristine : "Enter my religion"
(2/2) 29 juin 2006, par lolo




Liv Kristine : "Enter my religion"

9 octobre 2006, par sebf [retour au début des forums]

Tout à fait d’accord. Je préfère encore écouter Madonna qui fait de la bonne musique dans son genre.
En plus, quand le métal sert de prétexte à la pop guimauve, ça donne ce genre d’albums. Néfaste...

[Répondre à ce message]

Liv Kristine : "Enter my religion"

29 juin 2006, par lolo [retour au début des forums]

A éviter, album à oublier, en conclusion Moyen !
Il vaut mieux écouter le nouvel album de theatre of tragedy "Storm" qui est bien conçu malgré une nouvelle chanteuse basique. Eh oui la remplaçante de Liv Kristine.....

[Répondre à ce message]

    Liv Kristine : "Enter my religion"

    23 octobre 2013, par tokinne [retour au début des forums]


    En réalité, je discute peut-être mes croyances religieuses Entrez dans la position incorrecte. Essayer de découvrir dans cette case dragées n’importe quel spectacle saveur musicale en mesure de remplir la plus expressive de métalleux est une lutte baisse. Par inconvénients, les amateurs de dark-pop prédigéré doivent découvrir quelque chose pour maintenir ample

    mighty student

    [Répondre à ce message]