Pop-Rock.com



Lucia : "From the land of volcanos"
C’est pas le Vésuve, mais il fait quand même chaud...

dimanche 15 août 2004, par Jérôme Prévost

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Death Cab For Cutie : "Plans"
DTNO : "24h dans la peau de Johnny"
Travis : "12 memories"
Rammstein : "Liebe ist für alle da"
The Killers : "Sam’s town"
Metric : "Old world underground, where are you now ?"
The Cult : "Born into this"
Patti Smith : "Trampin’"
The Pretenders : "Loose screw"
Crowded House : "Time on earth"


Lucia n’est autre que la chanteuse actuelle du groupe protéiforme mené par Sascha Konietzko : KMFDM. Si vous étiez à Dour cette année, le charme et l’énergie de la demoiselle n’ont pu vous échapper... Si l’on pouvait s’attendre, à l’annonce de la sortie de cet album solo, à un disque électro-indus, le résultat très surprenant se trouve plutôt du côté pop : le genre de disque qu’on emmène dans sa voiture pour faire une virée avec sa copine...

Petit retour en arrière : en 1996, le groupe Drill, mené par Lucia Cifarelli au chant, se fait connaître par un premier album éponyme et une tournée avec Marilyn Manson. Alors que le second album s’apprête à sortir, le label, A&M, ferme ses portes. Le groupe s’éteint et Lucia se retrouve à errer sans projet musical. Six mois plus tard, Konietzko, auteur d’un remix d’une chanson de Drill, passe un coup de téléphone à la demoiselle et lui propose de le rejoindre sur son nouveau projet MDFMK, hébergé par Universal. Elle accepte, et la voilà embarquée dans une longue tournée promotionnant un album où elle crie autant qu’elle chante. La rage n’avait pas de raison de la quitter, puisque Universal décide de lâcher l’affaire, les ventes de l’album n’ayant pas été satisfaisantes... Re-attente, jusqu’à ce que Konietzko, pas bête, décide de recréer KMFDM et demande pour cela son aide à Lucia. Deux albums et deux tournées plus tard, voilà la chanteuse bien installée dans un groupe où elle a autant sa place au songwriting qu’au chant, et avec qui elle partage de nombreux fans. Mais voilà : l’été 2001, un titre solo était apparu sur la bande originale de American Pie 2. Rebelote début 2003, où un autre fait partie de celle de Kangaroo Jack... Que des films de qualité, me direz-vous : cela explique sans doute que je n’y aie pas prêté attention. Ce qui se cache derrière cela, c’est qu’Universal, avant de lourder MDFMK, a trouvé intéressant que Lucia parle de faire un disque solo. Le problème, c’est qu’une fois le disque fini, ils ont arrêté les frais ! Reprenant son courage à deux mains, Lucia récupère les droits de son album et vend des exemplaires sur le net pour tâter le terrain. Elle trouve finalement un petit label à Seattle qui accepte de distribuer le disque au niveau national. Après donc deux ans de tests, voilà l’album qui sort... et j’en suis resté sur le cul. J’avais délibérément évité de me renseigner sur le contenu du disque avant de l’avoir en mains, et me voilà avec une galette produite par Ian Stanley (Tori Amos, Tears for Fears...). Pas vraiment ce à quoi je m’attendais, je dois l’avouer. Les musiciens et co-auteurs que l’on retrouve sur ce disque semblent tous là pour faire de ce disque un succès commercial pop-rock. Lucia a mis sa colère de côté et enregistré des titres accessibles au plus grand nombre, où sa voix se révèle tantôt dure, tantôt retenue, tantôt chaude...

Si certains titres ne brillent pas par leur originalité, il restent très efficaces dans le registre "formaté radio" (So Clever et I Don’t Care, où l’on peut quand même entendre la guitare de Jon Klein, de Siouxsie & The Banshees !). Les choses sérieuses commencent à la troisième piste : l’intro au piano de Northern Star fait indéniablement penser à une ballade de Madonna. Une bonne raison pour cela : la chanson est coécrite par Patrick Leonard ! Que ce soit dans le registre vocal, le mixage (Dave Bascombe : Depeche Mode, Erasure, Echo & the Bunnymen...), la rythmique, tout laisse penser que cette chanson, sortie en single, pourrait avoir le succès d’un Frozen ou d’un Live to Tell... s’il y avait une justice. Patrick Leonard remet une couche avec Fear : piano, choeurs et violons - original non, imparable oui. Dans le registre joyeux, on trouve encore Feels like Summer (typique chanson rock de plage) et surtout We Are Angels, écrite par Eric Bazilian (Joan Osbourne, Cyndi Lauper) : cette lovesong aux paroles simples trouve grâce par la voix de Lucia.

La seconde moitié du disque est bien plus satisfaisante pour nos oreilles exigeantes. What You Become, premier titre coécrit par Sascha Konietzko, a la couleur d’une ballade KMFDM : intro parfaite, mélodies sombres et paroles plus agressives. Une autre ballade, Who Asked You, bien plus lente, est portée par la basse de Sascha et une guitare wah-wah - une instrumentation simple qui met en exergue la voix de la chanteuse. Celle-ci se montre plus grave et dynamique dans I Will, dont le mixage est bien plus subtil qu’il n’y paraît - même remarque pour Monkey Puzzle Tree (écrite avec Jon Klein), dont la rythmique très rapide et les vocaux façon Shirley Manson rappellent indéniablement Garbage. Le côté minimaliste de la mélodie est rattrapé par la qualité de la production. Les deux derniers titres sont à mon goût les meilleurs de l’album. Little Rose est le plus original dans la structure : Lucia gémit, sa voix filtrée se fondant dans une rythmique lancinante, pour exploser dans un refrain imparable. Ordinary Girl se distingue également par un excellent travail sur le son, des touches électro s’ajoutant à une rythmique très adaptée au phrasé rapide de Lucia. En bonus sur l’album, un remix de Monkey Puzzle Tree par KMFDM : pas indispensable, mais plaisant.

Le bilan ? Plutôt que de reprendre des recettes de soupe pop/dance/r’n’b, Lucia Cifarelli s’est entourée des bonnes personnes pour faire un album plus coloré que ce que l’on pouvait attendre, autant en termes de paroles, de dynamique vocale, que de mélodies. Et surtout un album lui permettant de se faire un nom par elle-même, pas seulement celle dont on se rappelle parce qu’elle chante dans tel ou tel groupe. Souhaitons-lui bonne chance pour la suite.



Répondre à cet article

Jérôme Prévost





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Lucia : "From the land of volcanos"
(1/1) 4 septembre 2015




Lucia : "From the land of volcanos"

4 septembre 2015 [retour au début des forums]

Her music was big hit. No one would forget her contributions to the music industry. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]