Pop-Rock.com



Monster Magnet : "Monolithic baby !’"
Retour en force et en désordre

mercredi 25 février 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Alarm : "Guerilla tactics"
Killing Joke : "Hosannas from the basements of Hell"
Covenant : "Skyshaper"
A.R. Rahman : "Music from the motion picture Slumdog Millionaire"
Travis : "12 memories"
Figurines : "Skeleton"
Blackmore’s Night : "The village lanterne"
Tokio Hotel : "Zimmer 483"
No One Is Innocent : "Gazoline"
Blur : "Think tank"


Monolithique, cet album ne l’est pas le moins du monde. Pas dans le sens d’une pièce compacte et uniforme composée d’un seul jet, en tout cas. A vrai dire, il serait même un petit peu décousu, cet album. N’y voyez pas là une critique : Monster Magnet a simplement décidé de prendre le taureau par les cornes et de proposer un album qui soit à la hauteur de la place que le groupe revendique dans le milieu stoner.

Monster Magnet n’a jamais vraiment eu de chance. Avec leur son gras et lourd, leur chanteur à la voix spatiale et atmosphérique et leur admiration revendiquée pour Black Sabbath et la vague psychédélique des années 60-70, les américains ont vraiment mal démarré dans la vie en lançant leurs premiers assauts en pleine marée grunge. Lorsque le stoner a commencé à rencontrer son public vers la fin des années 90, des groupes plus enjoués, comme Fu Manchu ou les Queens Of The Stone Age, avaient déjà raflé la mise. Quelques albums décevants, des œillades au mainstream et une attitude pas toujours en phase avec leur position réelle, et on avait enterré le monstre magnétique dans la nécropole des formations qui n’ont pas su saisir la fortune. C’était aller un peu vite en besogne, et Monolithic baby ! est là pour nous rappeler que, redescendue de son trip aux champignons hallucinogènes, la bête remue toujours.

En réalisant une œuvre moins engoncée dans les certitudes de la mescaline que l’album précédent, Monster Magnet a clairement décidé de proposer un travail révélateur de ses multiples talents. Plus les titres proposés seront variés et éclectiques, plus on ratissera large, a dû se dire Dave Wyndorf. Et sur ce coup-là, il n’a pas eu tort ! Car à défaut de s’apparenter au type d’album où chaque élément a été soigneusement pensé et rangé à sa juste place, Monolithic, Baby ! propose un vaste fourre-tout d’influences diverses, de la pop-rock au heavy metal, en passant par l’électro et l’alternatif. Et si ces influences semblent avoir été digérées à la va-vite et replacées en catastrophe sans beaucoup de discernement ou de réflexion, cela ne nuit en rien à la qualité de l’ensemble, imprévisible et fouillis au possible, mais qui laisse transparaître l’idée d’un groupe en pleine ébullition et bien décidé à reconquérir ses parts de marché.

Bien entendu, on découvre de véritables titres-ambassadeurs du son stoner (Supercruel, Ultimate everything), des ballades glauques dont le tempo va crescendo jusqu’à atteindre un rythme dévastateur (On the verge) ou de petits délires Wild West à la Lynyrd Skynyrd, histoire de montrer que le groupe américain n’a pas renoncé totalement à s’arracher la tête. Mais également des morceaux que l’on pourrait franchement qualifier de « commerciaux », capables de s’infiltrer discrètement sur une compilation de hard des années 80, à grands renforts de refrains entêtant et de riffs sauvages (Unbroken). Et d’autres, tout aussi tendancieux (The right stuff) où les soli de guitare déstructurés ne parviennent pas à dissimuler la rythmique techno-dance. Démarche critiquable ? Pas quand on prend la peine de rendre ces titres ultra efficaces et de prouver qu’on sait faire autre chose sur le côté.

Sans plus chercher à prendre la relève de Hawkwind pour la transcription sonore du Dragon chasing, Monster Magnet doit bien admettre qu’aujourd’hui, il ne règne plus du tout en maître sur le stoner. Les Queens Of The Stone Age développent plus de puissance que lui ; les Masters of Reality jouent nettement mieux sur le psychédélisme, et Orange Goblin est bien souvent plus emporté et fougueux que son ainé.

Monolithic, baby ! n’est pas l’album de l’année, ni même du mois. Mais en replongeant dans la mêlée avec cette création variée aux thèmes accrocheurs, Monster Magnet affirme sa survie et clame qu’il a encore quelque chose à dire. Et on ne demande qu’à l’écouter, à l’avenir.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Monster Magnet : "Monolithic baby !’"
(1/1) 1er juin 2014




Monster Magnet : "Monolithic baby !’"

1er juin 2014 [retour au début des forums]

Article vraiment bien le site est vraiment intéressant merci beaucoup

A+
Charles société declicweb : agence web paris

[Répondre à ce message]