Pop-Rock.com



Nickelback : "Silver side up"

vendredi 30 mai 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Malibu Stacy : "G"
Tesla : "Forever more"
Morrissey : "Years of refusal"
Transit : "Decent man on a desperate moon"
Stellastarr : "Stellastarr*"
Benjamin Biolay : "La superbe"
Crippled Black Phoenix : "A love of shared disasters"
The Gathering : "The West Pole"
Radio 4 : "Enemies like this"
Dawn Landes : "Fireproof"


Nickelback fait partie de ces groupes inconnus qui déboulent un beau jour de nulle part, forts d’un succès énorme aux USA, et connaissent, de façon aussi rapide qu’incompréhensible, la même trajectoire en Europe.

Propulsé au premier plan grâce au single à succès "How you remind me", Nickelback en est déjà à son deuxième album (le premier étant pratiquement inconnu en Europe). Ce groupe canadien pratique un rock mélodique, avec de forts relents grunge, dans une optique résolument grand public. Pas question de débauche technique ou de thématiques trop complexes ici, la musique de Nickelback est conçue pour satisfaire son public le plus rapidement possible. Si le chanteur Chad Kroeger a une voix très intéressante, les capacités musicales de ses collègues sont plus limitées, et les musiciens s’avèrent franchement lourdauds par moments.

L’album s’ouvre sur les deux singles à succès du groupe, "Never again" et "How you remind me", dont l’aspect très commercial n’entache guère l’efficacité. Directes et puissantes, ces deux chansons remplissent parfaitement leur rôle de single. Si toutes les chansons de Silver side up avaient été de ce niveau, l’album, à défaut d’être très inventif ou original, aurait été d’un niveau plus qu’honorable. Vous aurez aisément compris que ce n’est pas le cas. A l’exception de "Too bad" et de la balade "Good times gone", les autres chansons se noient dans un classicisme absolu dépourvu d’attraits. Il semble bien que le groupe ait eu l’inspiration pour composer quelque chansons de bonne tenue, mais pas assez pour tenir sur toute la durée d’un album. Silver side up est loin d’être une réussite, mais ce n’est pas non plus une catastrophe. Nickelback n’est pas horripilant comme Limp bizkit ou d’autres groupes de "rock" qui tiennent le haut du pavé actuellement, et on sent malgré tout poindre une certaine sincérité derrière tout cela. Si leur succès me semble immérité pour l’instant, ce groupe n’est néanmoins pas fondamentalement dépourvu de talent. Bah...si ça peut servir de détonateur au retour du rock de qualité sur les chaînes musicales...Dernier point positif : l’album est assez court : au moins, n’ont-ils pas cédé aux sirènes du remplissage gratuit (il y en avait déjà suffisamment comme ça.. !)



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 6 contribution(s) au forum.

Nickelback : "Silver side up"
(1/3) 25 novembre 2016
> Nickelback : "Silver side up"
(2/3) 13 juillet 2004
hum..hum
(3/3) 18 février 2004, par chloé




Nickelback : "Silver side up"

25 novembre 2016 [retour au début des forums]

Indeed, this group has been a big hitmaker during the time. - Paradise Home Improvement Charlotte

[Répondre à ce message]

> Nickelback : "Silver side up"

13 juillet 2004 [retour au début des forums]

pas cool il est mieu the long road

[Répondre à ce message]

hum..hum

18 février 2004, par chloé [retour au début des forums]

je ne voudrais vraiment pas vous insulter mais si vous voulez faire un article pourquoi ne pas le faire sur un groupe que vous trouvez bon et que vous aimez au lieu de rabaissez ceux que vous n’aimez pas.
Je trouve que c’est un groupe super et je suis une grande fans de ce groupe ! en tout cas faite donc attention a se que vous écrivez...si c’est pour critiquer vous ne ferai jamais des bon articles !

je suis désoler si jai été un peu ’’méchante !’’ ce n’est pas mon intention mais je voulais vous en faire part !

chloé

[Répondre à ce message]

    > hum..hum

    18 février 2004 [retour au début des forums]


    Question de goût : les chroniques systématiquement positives sont de mauvaises chroniques...ce ne sont même pas des chroniques en fait.
    D’autre part, il serait vraiment pénible et passablement inutile de chroniquer uniquement ce que je trouve bon.

    Personne n’a trouvé cet album bon à la rédaction. Pourtant, il faut bien en parler de Nickelback, le groupe est suffisamment important pour ça.
    Personellement, je n’ai rien contre eux...ils n’ont qu’à me surprendre après tout !

    [Répondre à ce message]

    hum..hum

    15 février 2006, par Nau [retour au début des forums]


    Un article négatif est donc un "mauvais article" ?

    Bizarre...

    Pour le reste, il me parait difficile de définir clairement ce qu’on aime si on ne se penche pas de temps à autre sur des choses susceptiles de ne pas nous plaire.

    [Répondre à ce message]

      Faudrait voir à extraire le balai de temps à autre...

      25 juillet 2006, par vehau [retour au début des forums]


      PopRock est truffé de bons (mais aussi de très mauvais, mauvais , moyens, tout pourris,...) articles qui sont soit positifs soit négatifs. Le critère premier étant selon moi que ce soit agréable à lire, sans trop de fautes, et quand la lecture de quelques lignes vous trémousse les zygomatiques au point de vous pisser dessus, le but est atteint.
      Aller chialer parce qu’un chroniqueur a dit du mal de son petit protégé, c’est déjà faire preuve d’un sens critique limité. Plutôt que des critiques, ce sont surtout des avis que les membres de PopRock donnent. En cela ils ne sont ni plus ni moins cons que le pékin moyen. Surtout que pour cet article précis, je vois plutôt un encouragement qu’un dézinguage pur et dur.

      Dire d’une chronique qu’elle est nulle uniquement parcequ’elle a démoli son petit groupe à sa mémère que le chanteur il est trop beau, c’est de la connerie concentrée.
      Pour en revenir aux bonnes et mauvaises critiques, il faudra peut-être enfin que les ayatollas prépubères coincés qui éructent sur le site à la moindre contrariété comprennent que donner un avis, appeller une merde une merde, ce n’est pas sale. Et si vous n’êtes pas d’accord, faites-là votre chronique, au moins on pourra comparer, c’est plus constructif que de cracher à la gueule des chroniqueurs, mais c’est vrai que ça demande un cerveau régulièrement irrigué.

      Pour ma part, une bonne chonique, c’est celle qui me fera marrer, qu’elle tape ou non sur un groupe que j’apprécie, et dans la catégorie des critiques à hurler de rire, allez voir celle de Manowar par Lenglet, c’est un monument.

      Sur ce, bonne bourre.

      [Répondre à ce message]