Pop-Rock.com



No One Is Innocent : "Revolution.com"
Mais qui est le coupable alors ?

lundi 27 septembre 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Status Quo : "The party ain’t over yet"
VS : "VS"
Ben Harper and the Blind Boys of Alabama : "There will be a light"
Archive : "Lights"
Beck : "The information"
Sparklehorse : "Dreamt for light years in the belly of a mountain"
Björk : "Medúlla"
Mr Oizo : "Lambs Anger"
Vienna Teng : "Dreaming through the noise"
Kaiser Chiefs : "Off with their heads"


Sabordé pour cause de mésentente artistique entre ses membres, No One Is Innocent réapparaît aujourd’hui, réduit au seul Kemar en ce qui concerne le line-up d’origine. Malgré un fort bel entourage (Boris Jardel d’Indochine, Olivier Lude, et même M pour un titre), il n’y a pas de quoi sauter au plafond devant ce qui ressemble à un ultime baroud d’honneur. Le monde aurait-il davantage besoin de musiciens engagés qu’il y a cinq ans ? Il est des instants où il vaut mieux s’abstenir d’intervenir dans les affaires du monde.

Premier constat : l’assagissement. Un phénomène qui guette bien entendu tous les groupes, à quelques rares exceptions près. C’est le cas ici, avec un indiscutable affadissement du propos et du style musical. Officiant à la base dans un rock furieux aux relents alternatifs, puis industriels et orientaux sur Utopia, No One Is Innocent constituait un phénomène tout à fait unique au sein du paysage musical français de la deuxième moitié des années 90. Aujourd’hui, au travers de ce bien peu subtil mélange d’électro et de grosses guitares bruyantes sans être sincèrement vindicatives, No One semble avoir perdu en grande partie ce qui faisait sa spécificité musicale. Il n’y vraiment rien de bien mémorable à se jeter dans l’oreille d’un point de vue instrumental au sein de ce Revolution.com

Restent les textes de Kemar. No One était un groupe engagé et très connoté politiquement, et il n’a pas été question de transiger d’un iota sur les valeurs fondatrices. Il est donc tout à fait logique que l’impérialisme, présenté comme une grande tournée mondiale à l’américaine, en prenne pour son grade dans U.S. Festival, que le groupe se rappelle subitement n’avoir pas eu l’opportunité d’exprimer son avis sur le 21 avril 2002 (Où étions nous ?), et se mette à grincer des dents contre les grands méchants capitalistes (Tout laisse croire). Au final, on a toutefois la légère impression que No one passe son temps à enfoncer des portes ouvertes. Seule exception à la règle, le morceau Revolution.com, plutôt bien envoyé, qui fustige les révolutionnaires de salon convaincus que le Grand Soir est à quelques portées de clic. On signalera également une reprise de Personal Jesus de Depeche Mode, plus inattendue que réellement convaincante.

Ces petites faiblesses intrinsèques seraient encore acceptables si un désagréable sentiment ne s’installait pas sournoisement au fil des morceaux. On éprouve la nette impression que No One Is Innocent s’est engouffré dans le vide créé par la mise en sommeil forcée de Noir Désir. Même tendance au rock simple et solide, même fond de commerce révolté et altermondialiste, même chant surtout… car c’est là que réside la plus étonnante similitude entre cette reformation de No One Is Innocent et Noir Désir. Par moment, on se demande même si on n’a pas affaire à un véritable plagiat, tant certains tics de chant, intonations et tournures de phrase paraissent similaires entre les deux groupes.

Revolution.com propose également quelques titres en anglais, assez quelconques à vrai dire. En y réfléchissant bien, un peu comme Noir Désir, là aussi… Le problème, c’est que la mayonnaise prend définitivement moins bien. Les textes sont moins intéressants, moins évocateurs, la véritable colère se fait rare, on n’accroche pas trop à l’ambiance. Et, au final, on en éprouve une telle déception qu’on juge Revolution.com tout juste passable, ce qui est probablement plus sévère que nécessaire. Il n’empêche : No One Is Innocent était un groupe unique, le voilà aujourd’hui devenu un ersatz de qualité moyenne… Et il y a vraiment de quoi trouver ça déprimant.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 9 contribution(s) au forum.

No One Is Innocent : "Revolution.com"
(1/8) 14 décembre 2006, par cissous
No One Is Innocent : "Revolution.com"
(2/8) 10 décembre 2006, par yvan dit bool
No One Is Innocent : "Revolution.com"
(3/8) 2 mars 2006, par nericj
No One Is Innocent : "Revolution.com"
(4/8) 14 novembre 2005, par Dom
No One Is Innocent : "Revolution.com"
(5/8) 21 octobre 2005, par john storm
No One Is Innocent : "Revolution.com"
(6/8) 13 octobre 2005, par deff
No One Is Innocent : "Revolution.com"
(7/8) 26 septembre 2005, par nicolas
> No One Is Innocent : "Revolution.com"
(8/8) 8 septembre 2005, par delphine




No One Is Innocent : "Revolution.com"

14 décembre 2006, par cissous [retour au début des forums]

Je trouve ta comparaison avec Noir Désir complètement nase ! Car que je sache Noir Désir n’était pas le le seul groupe français à chanter en anglais, et No One ne se sont jamais positionnés comme eux. Les deux sont uniques dans leur domaine.
Quant à leur évolution, il serait temps quand France les médias, et le public comprennent une bonne fois pour toute qu’on ne peut pas s’enfermer dans une case et qu’on est en droit d’évoluer ! No One en 94 ne peut pas être No One en 2004, 10 ans se sont écoulées et merci aux artistes d’être humains et donc d’évoluer avec leurs influences ! Ce serait bien triste sinon !
Kemar a toujours été un chanteur engagé, et il reste l’un des rares à ouvir sa gueule et à ne pas mâcher ses mots !!!

[Répondre à ce message]

No One Is Innocent : "Revolution.com"

10 décembre 2006, par yvan dit bool [retour au début des forums]

j’intervient un peu tard, mais bon je tenais à le dire, on n’a pas du voir les memes concerts, je ne trouve aucune ressemblence entre no one et noir desir, j’ai vu la premiere fois no one en premiere partie des red hot chili peppers à bercy en 96 et je les ai revu (certes il ne reste que kemar) en 2005 au festival couvre feu de corsept, c’etait la meme avec toujours les chansons engagées du debut (album la peau), j’avais rajeuni de dix le temps d’un soir !!

pour revenir a no one, sortie d’"album en avril 2007, a voir si ils se sont assagis et de toute façon noir desir est comme vous le dites mis en sommeil forcé, va revenir avec des textes qui seront passés par là où nous savons

sinon quoi dire d’autre, merci pour ce que vous faites, et ça y est la region nantaise à le droit desormais à de gros concert avec l’ouverture du zenith (y’a du bon et moins bon !!)

si vous avez 5 minutes, passez voir le site couvre-feu, festival de corsept (44) qui monte d’année en année mais reste toujours humain, j’y est decouvert (je sais en retard) les dyonisos qui ne branchaient pas trop, mais en concert on prend une grande claque, avec une batterie différente que sur les albums et vigueur scenique immense ( a comparer je suis allé voir louis attaque en concert, il n’y a pas de communion avec le public, ou si peu, on dirait un grand timide sur scene)

si vous etes arrivé ici c’est que vous m’avez lu et donc accordé un peu de temps, je suis pret a vous en accorder, pour couvrir le festival couvre feu, cette offre est toute gratuite bien entendu, ce serait avec plaisir.

salutations

yvan

[Répondre à ce message]

No One Is Innocent : "Revolution.com"

2 mars 2006, par nericj [retour au début des forums]

Comme Nicolas, je ne connais pas leurs précedents opus, si ce n’est avoir acheté le kemar solo pour gouter à du NOII avec une forte déception.
Revolution.com est, je trouve, un album accompli : des morceaux pétants, des guitares mauvaises et une voix en phase sur des textes qui malgré tout se posent.
Voilà qui donne envie de chercher plus loin dans l’histoire du groupe, et désolé pour les fans de la première heure. C’est vrai que quand on apprécie un groupe, il est difficile d’accepter son évolution (White stripes, ...)

[Répondre à ce message]

No One Is Innocent : "Revolution.com"

14 novembre 2005, par Dom [retour au début des forums]

Bien que très peu nuancée, cette analyse comporte quelques vérités indéniables qui me font aboutir à une conclusion radicalement inverse. Oui, on cotoie Noir Désir dans cet Opus de No One, et oui, les textes enfoncent des portes ouvertes... Ceci dit, les portes en question ayant tendance à se refermer, ça ne manque pas d’intérêt. Les phrases naviguent de double-sens en consonnances, ils sont plutôt bien équilibrés et chargés de missives dont on peu dire qu’il s’agit de "rabachage", mais soyons honnête : si cela n’avait pas été le cas, on aurait dit "Kémar, a vieilli". Un bon point pour lui, donc. Notons que la voix est plus intelligible : des mots qui sonnent, un chant qui se pose bien. Deux qualités d’interprétation que l’on a quand même un peu de mal à trouver dans le paysage rock français aujourd’hui.

Donc, même si le rapprochement avec Noir Dez doit commencer à gonfler notre Kémar, il s’agit plutôt d’une bonne nouvelle.
La critique ayant la mémoire courte, elle aura oublié qu’en 94, les ondes vibraient encore de l’energie brute de "Tostaky" sorti 2 ans auparavant, qu’apparaissait "No one" avec la peau... Ils ont livré un rock violent en même temps... Ils ont montré un assagissement concommitant.
Bon. Très bien. Et alors ? Cela nuit-il à la qualité intrinsèque des deux groupes ?

En fait, ayant lu les critiques, je m’attendais à quelque chose de plus "techno". J’ai trouvé du rock, avec des touches électroniques suffisament discrètes pour souligner sans dénaturer, une voix bien mieux placée qu’auparavant, des riffs efficaces...
Rien qui ne puisse me sembler vraiment négatif.
Il est vrai que j’ai raté l’album Utopia que la critique a saluée comme une réussite ultime.

Plutôt réjouissant aussi : No one distille -toujours- une bonne dose de rock primaire en concert. J’apprécie d’autant plus que les albums se réservent un orchestration plus affinée : c’est ce qu’on attend d’un enregistrement studio, non ? Ca n’empèche en rien d’écouter les versions Live. Quoi de plus chiant que d’aller voir en concert le remake d’un album qu’on a acheté 6 mois plus tôt ?

Dommage pour ceux qui attendaient un deuxième "premier album" ou un "Utopia-bis".
En conclusion : pas de trouvailles extrodinaires dans ce No one 2005. Mais des titre bien léchés, des refrains qu’on retient à la première écoute et des riffs de guitare ou de basse imparables. Pas de Revolution. Juste une évolution. Cliquez sur "bon-a-prendre.com", ça ira mieux...

[Répondre à ce message]

No One Is Innocent : "Revolution.com"

21 octobre 2005, par john storm [retour au début des forums]

Des reprises de Depeche Mode on en a entendu pas mal ces dernières années, et j’ai le regret de dire que celle de No One surprend...par sa médiocrité !

Sur l’album, j’ai le même avis que cette critique, j’ai trouvé le titre Revolution.com entraînant, efficace avec, ce qui ne gâche rien, un texte intérésant, le reste est anecdotique.

[Répondre à ce message]

No One Is Innocent : "Revolution.com"

13 octobre 2005, par deff [retour au début des forums]

D’accord, en live, ya de l’énergie... Mais je m’etais imposé le même constat : on dirait du Noir D ! Et ca, vraiment, c’est énervant...

deff

[Répondre à ce message]

No One Is Innocent : "Revolution.com"

26 septembre 2005, par nicolas [retour au début des forums]

j’ai connu ce groupe en concert en octobre 2004. Ne connaissant pas ce groupe avant, moi je préfère largement l’album "révolution. com" aux 2 premiers albums.

[Répondre à ce message]

> No One Is Innocent : "Revolution.com"

8 septembre 2005, par delphine [retour au début des forums]

bin voila je voulais juste dire que je les ai vu aux francos et franchement ca petait bien !!
c est un de mes meilleurs concerts des francos !!dans les pogos !!!enfin juste pour dire
quand concert bin c est terrible !!!

[Répondre à ce message]