Pop-Rock.com



Pearl Jam : "Riot act"
Une paisible révolte...

vendredi 23 mai 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
HushPuppies : "Silence is golden"
HRSTA : "Stem Stem In Electro"
The Departure : "Dirty words"
Jenny In Cage : "Solid liquid ether"
Gary Numan : "Jagged"
Monta : "The brilliant masses"
Morrissey : "Years of refusal"
Gorillaz : "Demon days"
Daniel Darc : "Crève Coeur"
Black Label Society : "Hangover music vol. VI"


Dernier survivant majeur de la vague grunge du début des années 90, Pearl jam a cessé depuis bien longtemps d’étonner son public, et s’est confortablement installé dans le costume de valeur sûre du rock. Pas mal pour un groupe qui avait connu le succès en réaction à la vacuité de certains dinosaures des années 80...Compte rendu du dernier appel à l’émeute de ces nouveaux rentiers...

Depuis quelques années, la sortie d’un nouvel album de Pearl Jam ne crée guère de remous dans le monde du rock. Tout le monde sait que ça tiendra la route, et personne ne s’attend plus à une révolution. Le temps où le groupe, accompagné de Nirvana et Soundgarden, déboulait comme un nouveau messie sur la scène rock paraît loin. Au moins, ses membres ont-ils toujours refusé de s’empêtrer dans la contradiction entre des déclarations anti-star et une attitude que n’auraient pas renié les hordes glam permanentées de L.A.

Historiquement, le Riot act était une loi anglaise, abrogée en 1986, qui autorisait les forces de l’ordre à intervenir lorsque plus de douze personnes se trouvaient rassemblées et refusaient de se disperser. Doit-on y voir un appel masqué à la désobeissance de la part du groupe, à l’heure où certaines libertés civiles se voient menacées aux Etats-unis ? Quoi qu’il en soit, musicalement, le contenu de cet album fait totalement mentir son titre. Cet acte de rébellion, s’il est réel, est soigneusement encadré, maîtrisé et ne provoque jamais ses auditeurs ou qui que ce soit. L’activisme d’Eddie Vedder pour diverses grandes causes et ses considérations sur les problèmes humains ou sociaux, ne s’expriment plus au travers de brûlots de colère saturée, mais plutôt au moyen de balades assez enlevées ("I’m mine") ou plus intimes ("love boat captain"). Les quelques titres plus énervés ("Save you", "Get right") n’arrivent jamais à faire trembler les enceintes. Même si quelques chansons sonnent de façon très moderne ("You are"), Pearl jam est souvent devenu presque folk sur cet album, arborant même parfois une ressemblance troublante avec Bruce Springsteen ("Thumbing my way"). A tel point que je me demande si tout cela ne relèverait finalement pas de notre collègue Classic-rock après tout...

N’ayant jamais été particulièrement adepte du son de la scène de Seattle et assimilés, cette évolution n’est pas pour me déplaire. Riot act est un album très agréable, facile d’accès mais jamais superficiel, qui contient son lot de bonnes chansons bien ficelées, même s’il est probable qu’aucune n’enflammera plus jamais les stades. Les fans (et les dubitatifs, dont je suis) apprécieront sans aucun doute cette livraison à la qualité indiscutable, même si nombre d’entre eux devraient à nouveau regretter, comme pour Binaural et No code, que le chaos sonore de Ten semble définitivement relégué au placard. Pearl jam commence à suivre la voie empruntée par U2 : les deux groupes donnent aujourd’hui dans une musique conventionnelle de bon niveau, possèdent un chanteur engagé plus ou moins discret (inutile de préciser qui est qui...), et un statut de dinosaure du rock assez paradoxal vu leurs origines respectives. A défaut d’enthousiasmer réellement, Riot act reste dans la moyenne supérieure des sorties de ces derniers mois.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Pearl Jam : "Riot act"
(1/1) 29 juillet 2015




Pearl Jam : "Riot act"

29 juillet 2015 [retour au début des forums]

The group was one of the most popular rock band during the time. They have already releases major albums. - Sophia Wong YOR Health

[Répondre à ce message]