Pop-Rock.com



Röyksopp : "Melody A.M."
Mélodie après minuit

mardi 20 janvier 2004, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Hives : "Tyrannosaurus Hives"
Oasis : "Dig out your soul"
Lloyd Cole : "Antidepressant"
The Verve : "Forth"
The XX : "XX"
Sharko : "Molecule"
The Virgins : "The Virgins"
Miossec : "1964"
The Smashing Pumpkins : "Machina / The machines of God"
The Blue Nile : "High"


Les Norvégiens de Röyksopp ont réussi la prouesse d’écouler 750.000 exemplaires de Melody A.M., leur premier album, presque uniquement grâce au « bouche à oreilles ». Depuis ils ont triomphé dans des festivals comme Glastonbury ou Werchter, tourné avec Moby, Pulp et Basement Jaxx, remixé The Streets, Felix Da Housecat et Coldplay, et gagné la sympathie de gens aussi influents que Thom Yorke, Chris Martin et Peter Gabriel. Qui dit mieux ?

« Un album à écouter le matin en vous levant, car il vous fait vous sentir bien » ai-je lu quelque part au sujet de ce Melody A.M. Ce n’est pas faux, ces dix plages nous emmènent loin, dans le calme relaxant des contrées enneigées de Svein Berge et Torbjorn Brundtland, deux petits génies qui ne devraient pas en rester là...

Svein décrit Röyksopp en ces termes : « Devo rencontre Huey Lewis & The News dans une after au Kitaro à Bruxelles ». Bien malin en effet qui pourrait les classer dans un genre musical particulier... Electro, downtempo, synth-pop, house, ambient : il y a un peu de tout ça sur Melody A.M..

Suivant la recette de Massive Attack et Air, le duo, campé derrière ses machines, fait appel à des invités au chant. Il s’agit pour cette fois de Erlend Oye (Kings of Convenience) et de Anneli Drecker (choriste de A-Ha). L’opus compte toutefois plus de plages instrumentales que chantées. Une d’entre-elle retient particulièrement mon attention, il s’agit de She’s so. Un saxophone menaçant posé sur une orchestration électro atmosphérique évoque furieusement Neuköln, une plage instrumentale co-signée par David Bowie et Brian Eno, pour Heroes, en 1977. Mais quel groupe moderne étiqueté électro ou ambient peut encore se vanter de ne pas avoir été influencé par la trilogie berlinoise ?

Autre moment fort, le single Epple, et son instrumentation robotique à la R2-D2. Il s’agit sans aucun doute de leur titre les plus connu, avec le tube Poor Leno (remixé par Jakatta sur le CD bonus de l’édition limtée), Remind me et le « très Massive Attack » Sparks.

Autre succès en single, So easy, et son sample d’un vieux titre de Gals’N’Pals écrit par Hal David et Burt Bacharach. On est ici presque dans le lounge et on se surprend vite à apprécier et à garder la mélodie en tête des heures durant, qu’on soit fan de rock ou d’électro. Cette impression résume à elle seul l’ensemble de l’album que je ne me lasse décidément pas d’écouter. Encore et encore... Et vous ?



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Röyksopp : "Melody A.M."
(1/3) 1er août 2016
> Röyksopp : "Melody A.M."
(2/3) 1er juillet 2005, par lkj
> Röyksopp : "Melody A.M."
(3/3) 8 juin 2004, par Phil




Röyksopp : "Melody A.M."

1er août 2016 [retour au début des forums]

The first album was indeed, a big success. Congratulations ! - Gary McClure

[Répondre à ce message]

> Röyksopp : "Melody A.M."

1er juillet 2005, par lkj [retour au début des forums]

Nouvel album dans les bacs.

[Répondre à ce message]

> Röyksopp : "Melody A.M."

8 juin 2004, par Phil [retour au début des forums]

Excellent album effectivement ! Et une belle surprise.

Outre les plages cités dans l’article, j’aime aussi beaucoup "Please stay". Ils la jouent en live aussi bien qu’elle ne l’est sur CD.

Un album qui relaxe quand on est énervé et qui stimule quand ça va pas fort. Peu de titres certes, mais mieux vaut ça à du remplissage.

Par contre le remix de Jakatta n’est vraiment pas indispensable : c’est du copié-collé de l’original mais en moins bien ; pas la peine de dépenser plus pour l’avoir donc.

[Répondre à ce message]