Pop-Rock.com



Skinny Puppy : "The greater wrong of the right"
Chien qui aboie ne mord pas ?

dimanche 20 juin 2004, par Jérôme Prévost

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Jamiroquai : "Dynamite"
Orson : "Bright idea"
Milk : "Favorite taste"
Menomena : "Friend and foe"
The Arcade Fire : "Neon Bible"
Colin Hay : "Are you lookin’ at me ?"
Beck : "Guero"
Mesh : "We collide"
Skid Row : "Revolutions per minute"
The Vines : "Winning days"


Un nouvel album de Skinny Puppy : une idée à la fois attendue, car le dernier album (The Process) datait de 1996, et à la fois inattendue, tout simplement parce que le groupe avait splitté peu avant la mort de l’un de ses membres... Skinny Puppy est-il bien toujours Skinny Puppy ?

L’enregistrement de l’album The Process fut pour le moins long et douloureux : changements de producteur (Dave Ogilvie, officieusement quatrième membre du groupe, fut débarqué par le label au profit de Roli Mosimann, puis de Martin Atkins), perte d’intérêt de ses membres, investis dans des projets extérieurs... cEvin Key et Dwayne R. Goettel se concentrent sur leur groupe Download, né de jam sessions en studio, et le chanteur Ogre se focalise sur son projet WELT avec le producteur Mark Walk. Suite à des dissensions, Ogre quitte officiellement Skinny Puppy le 12 juin 1995. Deux mois plus tard, Dwayne Rudolph Goettel décède d’une overdose. The Process reste sur une étagère jusqu’à ce que Dave Ogilvie en reprenne les rênes avec l’aide de cEvin Key, et finalise le tout. Suite à la sortie de l’album en 1996, de nombreux fans hurlent au scandale (trop de guitare au goût de certains), mais ne peuvent s’empêcher de penser que ce disque marque la fin du groupe.

On ne parle plus de Puppy pendant cinq ans : Key sort un paquet d’albums avec divers collaborateurs sous le nom de Download, The Tear Garden et platEAU. Ogre travaille avec Martin Atkins pour le projet Ritalin (Rx), et chante sur plusieurs titres de KMFDM en 97 et 99. Finalement, en août 2000, cEvin Key et Ogre se retrouvent pour un concert unique sous le nom de Skinny Puppy au Doomsday Festival en Allemagne. On parle alors d’une réunion possible, mais rien de précis. Pour des raisons contractuelles, Ogre ne peut sortir l’album WELT de 1995 tel quel : il le réenregistre avec Mark Walk et le sort en 2001 sous le nom de son nouveau projet, ohGr. A cet album intitulé Welt fera suite SunnyPsyOp en juillet 2003. Deux mois plus tard sort la bande originale du film Underworld, sur laquelle figure la première nouvelle chanson de Skinny Puppy, Optimissed.

Nous voilà aujourd’hui avec un nouvel album entre les mains : The Greater Wrong of the Right. Que dire ? Pour toute personne s’attendant à une suite directe à la discographie des Puppy, ce disque peut provoquer un rejet. Ce fut le cas pour moi. Pour appréhender positivement ce disque, il faut comprendre que ses deux membres ont eu le temps de vivre des expériences musicales différentes depuis huit ans, et qu’ils les ont intégrées à leurs nouvelles chansons. Cet album est dansant, et va parfois jusqu’à approcher la drum’n’bass. Le premier titre, I’mmortal, mêle guitare et synthés atmosphériques - jusque là tout va bien. Ca se gâte presque avec Pro-test : l’intro est typique SP, mais les vocaux déstabilisent... car Ogre rappe. Bien sûr, cela est parfaitement calqué sur la musique, mais tout de même ! L’élément vocal est ici ce qui surprend le plus, car si aucun album de Skinny Puppy ne ressemble à un autre, on s’étonne que la voix de Ogre semble assagie : plus d’impression de torture, de rage mêlée à la tristesse, ou de détresse. Si cela se dégage encore des paroles, Ogre chante plus souvent ses sentiments qu’il ne les hurle -en cela, on se rapproche plus de ohGr que de Skinny Puppy à proprement parler. Par ailleurs, sa voix subit des collages, des changements de pitch, des déformations parfois presque caricaturales (sur Neuwerld, dOwnsizer ou Goneja). La voix de Ogre n’est plus qu’un élément parmi d’autres. A quoi vont donc ressembler les concerts de la tournée ? Le frontman, habitué à des provocations visuelles autodestructrices qu’un certain Marilyn Manson tente pathétiquement d’imiter depuis 10 ans, sera-t-il aussi violent que par le passé ?

Qu’on ne se méprenne pas : cet album ne ressemble peut-être pas à du Skinny Puppy pur jus, mais il reste une bombe. Plus accessible, plus mélodique, ce n’est pas pour autant un essai de prostitution commerciale. Les samples de films sont plus rares que par le passé, la structure des titres est plus épurée, les couches de sons sont moins nombreuses... Et pourtant, il n’y a rien à dire : la production est plus qu’efficace. Des titres comme Ghostman (qui se permet de caser un break façon Aphex Twin durant la dernière minute) ou Use Less (avec Danny Carey de Tool à la batterie et Wayne Static de Static X en backing vocals) mériteraient de figurer dans n’importe quelle anthologie de la musique industrielle des 15 dernières années. Un titre upbeat comme EmptE ferait danser n’importe qui dans une soirée électro, et Past Present reprend le style EBM de VNV Nation, en plus sombre...

Alors que tous les autres albums de SP se terminent par un instrumental bruitiste, TGWOTR se clôt par une chanson presque classique dans sa mélodie, sa rythmique et sa structure. DaddyuWarbash est un titre énergique, où planent des paroles touchantes (i am fortunate to be alive / with all these distant rich things around me / i am left to realize it’s not the blood in me / it’s not the hate it’s just the simple things that i relish). On y entend, dans les dernières secondes, les aboiements d’un chien - probablement décharné (un skinny puppy) - qu’imite Ogre. Ses derniers mots sur l’album sont "woof woof woof woof - enough !". Vous avez dit ironie ?

Skinny Puppy, c’est aujourd’hui cEvin Key et Nivek Ogre, aidés de Mark Walk. Dwayne Goettel ayant toujours travaillé en duo avec cEvin, il est difficile de déterminer quel était précisément son apport dans le groupe et ce que son absence a changé. Si l’incarnation actuelle du groupe est différente, elle a ici matérialisé un album extrêmement efficace et addictif, et qu’il est difficile d’ignorer. Par son orientation accessible, dansante et presque positive, The Greater Wrong of the Right se rapproche du dernier Front Line Assembly... Bill Leeb, leader de FLA, compagnon de route des débuts de Skinny Puppy, ensuite renié et insulté par ses pairs, se sent peut-être moins seul aujourd’hui.

Skinny Puppy passera en tournée par Paris (pour la première fois !) à la Locomotive le 11 juillet, puis à Dour le 18 juillet. Il s’agit de la première tournée depuis 12 ans. Ne les manquez pas, qui sait quand vous les reverrez...

La chronique du concert à la Locomotive se trouve ici.



Répondre à cet article

Jérôme Prévost





Il y a 3 contribution(s) au forum.

> Skinny Puppy : "The greater wrong of the right"
(1/1) 26 janvier 2005, par Joy Panzer




> Skinny Puppy : "The greater wrong of the right"

26 janvier 2005, par Joy Panzer [retour au début des forums]

"Ca se gâte presque avec Pro-test : l’intro est typique SP, mais les vocaux déstabilisent... car Ogre rappe. Bien sûr, cela est parfaitement calqué sur la musique, mais tout de même !"

Hmm... Mais tout de même quoi ? Je voudrais bien qu’on m’éclaire sur ce en quoi cela pose problème.

[Répondre à ce message]

    > Skinny Puppy : "The greater wrong of the right"

    27 janvier 2005, par Jérôme Prévost [retour au début des forums]


    Je ne fais, là encore, que mentionner un élément de grande surprise à la première écoute. Ce qui n’a pas posé problème, vu que l’album est pour moi l’un des cinq meilleurs sortis cette année.

    [Répondre à ce message]

      > Skinny Puppy : "The greater wrong of the right"

      13 juin 2006, par Nomak [retour au début des forums]
      Revolutionnaire


      La critique de Skinny Puppy est certe tres constructive mais de la à dire que l’album est dansant et que Pro-test n’est pas super (d’apres ce que j’ai compris) je trouve que c’est un peu extreme. Cette album est tout simplement génial et deroutant. Il est vrai que lorsque l’ont écoute les précedants albums on peut se rendre compte que c’est completement différents mais il n’en est pas accessible comme vous l’avez dit. Je trouve plutot que cette album va dans la continuité de Skinny Puppy et qu’aujourd’hui les son ont considérablements évolué dans l’electro et l’industrielle et de ce fait Skinny Puppy a descidé d’utilisé cela comme un atout . En effet, je suis persuadé que si les son d’aujourd’hui aurait existé avant (peridode "Process") Skinny Puppy aurait fait un album similaire à "the greater wrong...". Malgré tout certains morceaux (lorque l’a voix de Ohgr est modifié) sont caricaturaux et font penser effectivement à du Aphex Twin mais en completement différent et en plus futuriste.

      Un jeune fan de SP

      [Répondre à ce message]