Pop-Rock.com



Sonic Youth : "Sonic Nurse"
Retrouvailles soniques

vendredi 2 juillet 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Gathering : "Home"
Roddy Woomble : "My secret is my silence"
The Rakes : "Klang"
Zeromancer : "Eurotrash"
Cranes : "Future Songs"
The Fray : "How to save a life"
D.A.F. : "Fünfzehn neue D.A.F. lieder"
I Love You But I’ve Chosen Darkness : "Fear is on our side"
Au Revoir Simone : "Still night, still light "
Nada Surf : "Lucky"


On nous signalait il n’y a pas longtemps dans un forum que nous n’avions encore jamais parlé de Sonic Youth sur Pop-Rock. Un peu d’indulgence : Sonic Youth est un groupe tout sauf évident à aborder, et il est plus ardu encore de décrire une de leurs œuvres par le détail. Sonic Nurse arrive à point nommé pour me fournir l’occasion de tenter le coup.

Quel que soit le moment de leur histoire, Sonic Youth n’a jamais cherché à produire quoi que ce soit qui se raccrochait à la musique en vogue. On peut même dire que la reconnaissance populaire les a touchés malgré eux. Sonic nurse est l’œuvre d’un groupe d’artistes matures, presque quinquagénaires pour certains, qui n’ont plus rien à prouver mais refusent avec la même énergie qu’à leurs débuts de se livrer à la musique formatée pour les masses. Avec une longueur moyenne de morceaux tournant autour des 7 minutes, il est clair que rien sur cet album n’est susceptible d’être diffusable sur les ondes. Même si les distorsions, effets de résonance, larsens interminables, saturations diverses et autres bizarreries soniques n’ont pas été oubliés, ils ne sont pas aussi prédominants que sur les anciennes productions du collectif new-yorkais. Au contraire, on retrouve sur Sonic nurse les constructions mélodiques d’un album tel que Murray Street, et l’on se surprend à fredonner l’une ou l’autre ligne de chant. Un comble pour Sonic Youth ! Mais la difficulté d’appréhender un morceau dans son ensemble est toujours bien réelle. Sonic nurse peut se concevoir comme une longue suite lancinante qui court tout au long de l’album, sans qu’il soit instantanément possible de bien différencier ses composantes. Au gré de l’humeur du groupe, on est ballotté de mélodies fluettes en cavalcades de riffs répétitifs ; tandis que les morceaux d’apparence structurés plongent subrepticement dans un imprévisible chaos noisy. En dépit de cela, le style général de l’album reste plutôt apaisé. On est loin de la violence détraquée d’un Dirty.

Un patient décryptage sera nécessaire - comme à chaque fois ou presque - pour avoir le moindre espoir de maîtriser un tant soit peu ce nouvel opus. Sans une obstination et une abnégation minimales, on ne pourra que subir la musique sans rien percevoir de sa structure bien plus complexe qu’elle n’y paraît de prime abord.

Les parties vocales de Kim Gordon sont toujours aussi incertaines et sous tension, tandis que Thurston Moore apporte une relative stabilité à l’ensemble. Mais le chant est finalement toujours assez secondaire chez Sonic Youth, et les parties les plus tumultueuses, ici comme autrefois, y sont tout simplement impossibles à associer.

L’album s’impose comme une synthèse non exhaustive - et néanmoins davantage tournée vers le rock plus « classique » - des différentes voies empruntées par Sonic Youth au cours des 18 albums précédents. Toujours aussi avant-gardistes- moins dans le sens de représenter la musique de l’avenir que dans celui de ne se plier à aucun autre impératif que les leurs-, les 5 musiciens accouchent ici d’un album remarquable sous des dehors sans prétentions. Il est difficile de prédire si Sonic nurse plaira aux fans de longue date, aux amateurs plus récents, à ceux qui ne connaissent pas trop ou à ceux qui n’ont jamais été plus loin que Linkin’Park (quoique pour ces derniers, j’ai bien ma petite idée...). Sonic nurse devra être écouté avec acharnement pour être pleinement accepté et considéré pour ce qu’il est : une œuvre très riche et intelligemment construite, dissimulée sous une simplicité et un manque d’originalité trop apparents pour être réels. Vingt-quatre ans de carrière, jamais aucune concession à quoi que ce soit, et un 19ème album de très haut niveau : personne ne pourra nier que les 5 artistes ont encore de nombreuses choses à dire et à créer, que ce soit au service de la musique ou à celui d’une idée. Pour ceux qui hésiteraient encore, Sonic nurse est probablement une entité à la fois suffisamment simple et fournie en trouvailles originales pour que l’on puisse aborder, avec des chances de succès minimales, cette formation sans équivalents au monde.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 4 contribution(s) au forum.

> Sonic Youth : "Sonic Nurse"
(1/1) 21 octobre 2004




> Sonic Youth : "Sonic Nurse"

21 octobre 2004 [retour au début des forums]

franchement g trouvé cet article nul

[Répondre à ce message]