Pop-Rock.com



The Coral : "Nightfreak & the sons of Becker"
Fumette au château hânté

samedi 1er mai 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Cat Power : "The Greatest"
Peter Doherty : "Grace/Wastelands"
White Lies : "To lose my life or to lose my love"
Audioslave : "Audioslave"
Eskobar : "Eskobar"
Tori Amos : "American doll posse"
I Love You But I’ve Chosen Darkness : "Fear is on our side"
Dawn Landes : "Fireproof"
Radiohead : "Hail to the thief"
Roddy Woomble : "My secret is my silence"


Ce qu’il y a de pire dans Nightfreaks & the sons of Becker, c’est son titre, car son contenu témoigne de la vitalité et de l’imagination de ces petits jeunes originaires d’Hoylake, non loin de Liverpool. Plutôt que de tenter de s’imbriquer sur la scène déjà bien surchargée par les rejetons du garage-rock en « The », ce groupe hyperactif préfère creuser dans une veine peu exploitée aujourd’hui : le psychédélisme.

Le deux premiers efforts du jeune groupe anglais ne m’avaient pas laissé de souvenirs impérissables. Sympathiques et colorés, avec leurs touches folkloriques et latines, ces disques n’étaient pas parvenus à réellement me toucher, avec une certaine fadeur dans les mélodies à peine compensée par leurs arrangements fort plaisants. Un jugement un peu hâtif, sans doute dû à un manque d’attention de ma part. Car si aujourd’hui, je ne vois toujours pas en The Coral le phénomène majeur pour lequel on les fait souvent passer, il serait tout à fait injuste de leur nier une véritable personnalité et des idées qui sortent des sentiers battus.

Le rock conçu par The Coral fait rarement preuve d’une énergie débordante (les excités Migraine ou Auntie’s operation sont des exceptions), mais démontre un goût et des compétences certaines pour les mélodies simples, directes et sans fioritures. Le groupe semble vouer un véritable culte aux années 60, spécialement à la période psychédélique de la seconde moitié de cette décennie. Avec sa rythmique souvent jazzy et la voix lymphatique et calme de James Skelly qui plonge son inspiration dans le rock sous acide de la fin des Golden sixties, ce nouvel album fait office de véritable thérapie après une journée difficile… De quoi se persuader que ça ne sert à rien de s’énerver et qu’il suffit de gratter relax sur sa guitare pour que tout aille mieux. Grey harpoon et son ambiance spooky sont une belle synthèse de ce qu’on peut trouver sur cet album, à mi-chemin entre descente de trip en douceur et mignardises gothic-horror. Sorrow or the song et Song of the corn sont deux autres thèmes très accrocheurs, à l’ambiance multicolore et faussement tristounette.

Ce troisième album laisse pourtant un goût de trop peu, mais est-ce vraiment un troisième album ? Enregistré moins d’un an après son prédécesseur en une semaine chrono pour une durée de moins d’une demi-heure, il est permis de se demander s’il ne s’agit pas plutôt d’une production intermédiaire, histoire nous faire patienter en attendant un véritable album. Les chansons sont très courtes, et certaines idées du groupe semblent ne pas avoir été exploitées en profondeur. Aucune importance en vérité, car, vu le je-m’en-foutisme et la légèreté apparentes avec lesquels cette production a été réalisée, arriver à un résultat qui soit aussi original et plaisant tient de la gageure. De quoi piquer au vif ma curiosité future envers une formation bien plus redoutable que ne le laisse présager son apparente mollesse.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

The Coral : "Nightfreak & the sons of Becker"
(1/2) 19 avril 2011, par Fabrice V
> The Coral : "Nightfreak & the sons of Becker"
(2/2) 2 mai 2004, par toto




The Coral : "Nightfreak & the sons of Becker"

19 avril 2011, par Fabrice V [retour au début des forums]

La tradition du "mersey beat".
Les groupes de Liverpool ont toujours eu ce côté "beat", bohème.
cf. The La’s, The Zutons, The Stands, ... Il ne manque qu’une chose à The Coral pour être un grand groupe : un véritable single du type Wonderwall ou Common People.
Egalement de Liverpool, Miles Kane (ex Rascals et Last Shadow Puppets) dont l’album va tout balayer. http://www.youtube.com/watch?v=J46P...

[Répondre à ce message]

> The Coral : "Nightfreak & the sons of Becker"

2 mai 2004, par toto [retour au début des forums]

C’est en réalité un "mini-album", que le groupe a enregistré quasiment live en quelques jours. Au départ, ca devait sortir en édition très limitée à 7£ mais la maison de disque, emballée par ce mini-album de 27 min, a sorti une "édition limitée" à ... 75 000 exemplaires. Mais qui sont toujours vendus à petit prix (11€ et qqes à la fnac...)

[Répondre à ce message]