Pop-Rock.com



The Electric Soft Parade : "The American adventures"
Inattendu !

dimanche 1er février 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Oasis : "Don’t believe the truth"
The Corrs : "Borrowed Heaven"
Naked Lunch : "This atom heart of ours"
R.E.M. : "Around the sun"
Om : "God is good"
Front 242 : "Pulse"
Spleen : "Spleen"
Brian Wilson : "Smile"
Viva Las Vegas : "2"
Johnny Cash : "American V : A hundred highways"


The Electric Soft Parade, voilà typiquement le genre de formation apte à rendre foi dans le rock à n’importe qui. Encore relativement peu connu, ce groupe de Brighton confirme son génie jusqu’ici en gestation. Génie de la récupération peut-être, mais génie tout de même.

Sur ce second album signé sur une major, The Electric Soft Parade n’a rien inventé, c’est un fait établi. Les deux frères White ont simplement écouté en boucle tout ce que la pop anglaise a pu compter de grands noms (The Beatles, Oasis, Blur, Manic Street Preachers,...), se sont plongés en même temps dans la scène alternative des années 90 (R.E.M., Pavement, Sonic Youth,...), en ont extrait la substantifique moelle et ont tout mis au shaker avant de s’emparer de leurs instruments.

The American adventure réussit le tour de force de dresser, en à peine 36 minutes, un panorama plus que complet de la pop-rock des années 90. Entre morceaux rock bien trempés (Lights out, Headacheville) et perles pop scintillantes (Bruxellisation), mélancolie douce-amère (The wrongest thing in town) et professions de foi pince-sans-rire (Loose yr frown), chaque titre suscite l’étonnement et le plaisir. Etonnement parce qu’on ne s’attendait pas du tout à un album de cette qualité (il est vrai que je n’ai pas écouté le précédent, apparemment très réussi à ce qu’on dit en ville), et plaisir parce que ces chansons sont extraordinairement addictives et accessibles dès la première écoute sans jamais être complaisantes avec la facilité. Il n’est nul besoin d’être devin pour reconnaître aux deux frangins la maîtrise totale de leur sujet. Le mélange de snobisme et de sympathie qui transparaît dans leurs textes comme dans l’interprétation évoque souvent les Kinks, groupe ayant le mieux incarné une certaine idée de l’âme Brit’. Blur avait été, avec justesse, proclamé digne rejeton spirituel du groupe de Ray Davies. Les voilà à présent déchus de leur titre, et l’orientation plus exotique de Think tank n’y est pas pour grand chose dans l’histoire. The Electric Soft Parade, sur la moindre des pistes de cet album, a su capter l’esprit dandy un peu désabusé des Kinks mieux que Blur, même au mieux de sa forme, n’a jamais pu le faire.

Musiciens humbles et néanmoins conscients de leur valeur, les White n’en restent d’ailleurs pas à remettre au goût du jour les dieux pop du passé, et un titre complexe comme American adventure laisse supposer que le défrichage plus expérimental ne les impressionne guère. J’avoue n’avoir guère fait attention à eux par le passé, mais je vais corriger cette erreur au plus vite. Si Muse ne vous avait pas suffisamment rassasié et que vous souhaitez vous procurer l’album ultime de pop-rock de la fin de l’année 2003, vous savez à présent où chercher...



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 3 contribution(s) au forum.

The Electric Soft Parade : "The American adventures"
(1/3) 10 août 2016
The Electric Soft Parade : "The American adventures"
(2/3) 6 février 2006, par jejravage
> The Electric Soft Parade : "The American adventures"
(3/3) 4 février 2004, par Didier




The Electric Soft Parade : "The American adventures"

10 août 2016 [retour au début des forums]

I couldn’t agree more of this review. You really point out some important points about the kind of work. - Gary McClure

[Répondre à ce message]

The Electric Soft Parade : "The American adventures"

6 février 2006, par jejravage [retour au début des forums]

Superbe album qui marit la bonne pop rock à l’anglaise avec un petit plus venu il me semble des trucs psyché qui sortaient dans les années 70’s.
Cet album est réellement bon mais je vous conseille aussi et surtout le premier qui est à mon avis un véritable chef d’oeuvre. Tout y est. Qualité des compos des arrangements et production impeccable. Quand on connait l’age des frères White, on est impressionné. Il me semble que pour le premier album en 2001 ils ne devaient pas avoir 20 ans !!!Ecoutez et vous comprendrez mon enthousiasme.
Les frères White ont aussi d’autres collaborations artistisques. Ils jouent en particulier dans un groupe assez déroutant "Brakes". Une sorte d’hybride pop punk avec un chanteur barré mais efficace. L’album s’appelle -Give_Blood il est sortie en 2005 et avec plus de moyen il me parait évident que le titre "all nite disco party" est un tube en puissance.
Bonne écoute

jej

[Répondre à ce message]

> The Electric Soft Parade : "The American adventures"

4 février 2004, par Didier [retour au début des forums]

Ils me font plutôt penser à une sorte de Guided by voices apaisé. C’est vrai qu’il est pas mal cet album.

[Répondre à ce message]