Pop-Rock.com



Tomahawk : "Mit gas"
Und mit Lähn und Wahnsinn...

samedi 17 janvier 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Röyksopp : "Melody A.M."
Towers of London : "Blood, sweat & towers"
Panico : "Subliminal kill"
Tim Finn : "Imaginary kingdom"
Aldebert : "Les paradis disponibles"
Eskobar : "A thousand last chances"
Guillemots : "Through the window pane"
Deserty : "Hors de ma cage"
Next Exit To Nowhere : "Ego to echoes"
Jacques Higelin : "Amor doloroso"


Mike Patton est un taré, ce n’est aujourd’hui un secret pour personne. Leader des indémodables Faith No More, il poursuit sa carrière, depuis la dissolution du groupe, dans les audacieux projets avant-gardistes que sont Mr.Bungle et Fantômas. Et également dans Tomahawk, épaulé de musiciens issus de Melvins, Jesus Lizard et Helmet, et dont c’est ici le second album.

Sur le premier album de Tomahawk, on pouvait retrouver, toutes proportions gardées, un peu de l’essence originelle de Faith no more. Ceux qui pensaient que Patton allait progressivement mettre la pédale douce à sa soif d’innovation permanente en seront pour leurs frais : Mit gas est tout aussi ardu et déstructuré que son prédécesseur.

Tout commence pourtant assez normalement avec un excellent "Birdsong", où les riffs secs et violents donnent la réplique au chant hargneux de Patton. Comme à l’accoutumée, la voix de l’homme est moins porteuse de sens que de structure sonore : elle est un instrument à part entière, au même titre que la guitare ou la batterie, même si l’utilisation de cette ficelle musicale est ici moins compulsive que dans Fantômas, par exemple. Ne vous attendez donc pas à du chant "classique" mais bien à une avalanche de murmures, grognements, feulements et autres sonorités distordues... Bref, du Patton, quoi ! On ne va pas vous faire un dessin à chaque fois ! "Rape this day" amorce déjà un certain éloignement du rock dit "traditionnel" avec sa structure de riffs minimalistes, de percussions brutales et espacées, et son refrain punk dévastateur. Les pistes suivantes confirment la direction choisie, avec des guitares agressives plaquées sur des rythmes drum’n bass, qui donnent à l’ensemble un caractère oscillant à la fois vers le metal et les courants durs, mais en même temps vers la pop et la musique électronique. Enfin, Tomahawk part définitivement en sucette à partir de "Desastre natural" et « when the stars begin to fall », où Patton fait étalage à nouveau de son obsession pour les petits thèmes malsains, thèmes qui lui laissent l’opportunité de sortir de son chapeau son habit de crooner dérangé, et de pousser la chansonnette en anglais et espagnol. L’album se termine en un torrent d’expérimentation stridentes et saturées. A croire que c’est là que notre cinglé préféré souhaitait arriver depuis le début, tout en jugeant plus sécurisant de nous faire franchir les étapes par palier.

Tomahawk est un excellent groupe, à n’en pas douter, et ce nouvel album se place, qualitativement et stylistiquement, dans la lignée de son précurseur. Reste qu’on peut comprendre que certains aient du mal à se faire au style Patton et à la bouillie sonore complètement décousue que constituent ses divers projets. Entamer une écoute de Mit gas avec l’idée de découvrir de bons thèmes rock bien distincts les uns des autres risque fort d’entraîner une non-adhésion, voire un rejet interloqué. Voilà pourquoi Kid A m’avait fortement déplu au départ. Dans ces deux albums, c’est l’ambiance et l’atmosphère qui s’en dégagent qui font toute leur richesse. Deux oeuvres bien différentes, deux types de folie différente, deux styles musicaux bien différents, mais un même goût pour débouler là où on ne les attend pas. A réserver à un public (plus) averti.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

> Tomahawk : "Mit gas"
(1/1) 22 janvier 2004, par Maldoror




> Tomahawk : "Mit gas"

22 janvier 2004, par Maldoror [retour au début des forums]

Delirium Cordia de Fantomas est encore plus grandiose ! C’est la musique du troisième millénaire ! Mike Patton est un génie !

A quand une chronique FNM ?

[Répondre à ce message]