Pop-Rock.com



Scorpions : "Sting in the tail"
Hard-rock et plan retraite

mercredi 14 juillet 2010, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Sufjan Stevens : "The age of ADZ"
UNKLE : "Where did the night fall"
Lady Gaga : "Born this way"
Morcheeba : "Blood like lemonade"
Clara Morgane : "Nuits blanches"
Rasputina : "Sister Kinderhook"
The Amplifetes : "The Amplifetes"
Dios : "We are Dios"
Psy’Aviah : "Eclectric"
The Phenomenal Handclap Band : "The Phenomenal Handclap Band"


Suis-je un fan de Scorpions ? Suis-je un de ces adeptes aveugles qui suivraient ces idoles au bout du monde pour peu qu’ils fassent changer le pneu avant droit du jet privé à Miami alors que vous peinez à payer les traites de votre chambrette à Melun (ou autre ville rejetée par la majorité des guides touristiques) ? Non, franchement pas fan de Scorpions, admirateur peut-être, auditeur occasionnel, comme on achète de temps à autre une revue douteuse à la cover toute aussi douteuse. On a honte d’en écouter, mais ça fait du bien, ça soulage son âme de petit rocker pas méchant. Se faire plaisir avec pas grand-chose en somme.

Pourtant, bien que pas fan, je me suis payé ma place VIP catégorie A pour leur prochain passage au stade Hernando Siles de La Paz, Bolivie. Ça ne cadre pas vraiment avec l’image du non-fan, oui. Pourquoi claquer l’équivalent d’un salaire de juge local pour voir les vieux Teutons dans leur espace préféré, du gros stade rempli (on l’espère, du moins) de trentenaires et au-delà, nostalgiques de leur folle jeunesse passée à procréer en écoutant Still loving you, Wind of change, ou Rock you like a hurricane ? Pige toujours pas mais je l’ai acheté ma place...

On ne pourrait parler de nostalgie dans mon cas vu que je fis le lien entre le groupe et ses tubes il y a relativement peu de temps, une petite dizaine d’années, pas de quoi faire un accroc. D’autant que mon jeune age m’offrait en terme de nouveautés leurs plus belles merdes aux doux patronymes d’Eye II Eye et autres Pure instinct, pour m’exciter avec ça, fallait s’accrocher...
Puis vinrent les compilations peu couteuses qui permirent la découverte de Love at first thing ou de Blackout, et là, soyons francs, le choc.

Rien que Klaus Meine... Cette voix qui semble s’extraire uniquement de ses cavités nasales et qui miraculeusement se fait pleine d’émotion, quoiqu’il chante, souvent des trucs assez niais certes, mais quel talent pour m’arracher des larmichettes, quelle force dans ses interprétations, peu de timbres touchent autant, Klaus y parvenait sans peine. Il y a parfois cette petite démangeaison au niveau de la fierté, car Scorpions, après des débuts qui mirent au monde des disques vantant un hard-rock aussi mélodique que furieux s’englua dans une diarrhée de "power ballades" affreuses, à l’instar d’Aerosmith en somme. Lorsque le gros son ne vend plus, il faut toucher les ménagères, exciter ces petites âmes en détresse d’adolescentes.

En bon petit ado boutonneux, j’accrochais parfois, parfois pas du tout, mais même encore aujourd’hui, un petit Stilll loving you, ou même le Maybe I, maybe you d’Unbreakable me remue quelque chose. Pour Klaus, pour Rudolf, Scorpions pique souvent au bon endroit. Je me remâchais tout cela sur le chemin de la billetterie lorsque qu’enfin je parvenais à la grosse file qui commençait à attaquer le trottoir. Du trentenaire, de la mère de famille, du couple quinqua, un public bigarré qui n’a souvent connu que le meilleur des années 80 et les saloperies des années 90 (exception pour Face the heat, dont tout le monde se fout alors qu’il renoua un peu avec ce qu’on appelle un bon album de Scorpions...).

Tu regardes ces gens qui font la queue depuis au minimum deux heures pour se payer leur place à des sommes incompatibles avec le salaire moyen du pays et tu ressens un poil d’émotion. Non pas qu’ils soient dans le besoin, il s’agit ici des classes privilégiées de la société, souvent des personnes ayant voyagé aux alentours, Argentine, Brésil, coutumières de gros concerts. Une mère de famille juste derrière moi m’avoue avoir vu Scorpions en 1981 (pas sûr de la date, mais soit), lors du Rock In Rio et qu’elle allait cette fois les revoir avec son fils et sa fille, qu’elle était émue de pouvoir partager avec ses gosses la musique qui la faisait planer étant jeune. Le couple devant achète pas moins de dix tickets, un pour chaque membre de la famille, dont les parents, oncles et tantes qui ont raclé les fonds de tiroirs pour se retrouver au stade le 16 septembre.

En voyant ces aficionados, plus ou moins jeunes, en parlant avec ces personnes qui semblaient aimer Scorpions comme moi j’aime le Saint Nectaire, soit avec une ferveur christique proche de la démence, mes doutes se dissipèrent, je voulais bien me la payer ma place, je voulais voir les responsables de tant de souvenirs. Je voulais voir ceux qui annonçaient récemment la fin du groupe et qui semblaient ranimer une flamme en autant de monde.
J’en oubliais les ballades idiotes, les albums insultants, me venaient en tête les refrains d’In trance, de Rock you like a hurricane, de Crossfire, de The zoo, de Blackout, d’Always somewhere et sans forcer, j’avais en poche mon pass VIP Catégorie A et j’étais dans la rue.

Après avoir constaté telle abnégation, j’ai honte de devoir écrire que leur dernier album en date, probablement le dernier de leur carrière est assez moyen, composé à 30% de power ballades sans génie et de morceaux de rock fort classiques. J’ai moins honte lorsqu’il s’agit de Klaus Meine dont la voix me reste toujours en travers du cœur, qui m’envoie ces refrains mêlant classicisme et efficacité sous un ratio de 50/50. C’est dingue mais Schenker et Meine, après 45 ans de carrière, arrivent encore à faire passer quelque chose dans leur musique archi-rabâchée.

J’ai de nouveau honte lorsqu’il s’agit des ballades dont cette horrible repompe de Send me an angel, déjà pas bien jolie à la base, qu’ils ont ici renommé Sly. Pas non plus très fier de ne pas être secoué lorsque j’écoute le balourd Let’s rock (douze plages, quatre comportent le mot "Rock" dans leur titre...) ou le basique Spirit of rock et ses yeah yeah yeah moches.

J’en oublierai la majesté classique d’un Raised on rock (je vous ai prévenus, hein...) ou la certaine modernité de Sting in the tail, la bonne tenue de la power ballade The good die young (une bonne sur quatre, quoi) et dans l’ensemble la belle forme de nos scorpions. Pour une fin de carrière, Sting in the tail est juste correct, correspondant en gros à ce que l’on attend d’eux, donc ni surprise ni grosse déception.

Et pour leur fin de carrière, j’irai, sans honte aucune cette fois-ci, m’arracher les cordes vocales devant la scène du stade Hernando Siles. Par nostalgie ou par plaisir, par envie ou par tristesse, j’irai applaudir un de leurs derniers levers de rideau. Sans être un fan, j’en ai déjà parfois quelques piques au cœur de les savoir sur la fin du parcours. Et ce Sting in the tail ne fait que rendre plus douloureuse la piqûre.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 28 contribution(s) au forum.

vscvxaefe
(1/10) 9 août 2016
TheCaseSolutions.com Review
(2/10) 26 mai 2016, par Alex Jhon
Scorpions : "Sting in the tail"
(3/10) 29 avril 2015, par hj3e4r
Scorpions : "Sting in the tail"
(4/10) 31 mai 2013, par Punk20-1
Scorpions : "Sting in the tail"
(5/10) 14 mai 2013, par Swager
Scorpions : "Sting in the tail"
(6/10) 14 mai 2013, par Swager
Scorpions : "Sting in the tail"
(7/10) 14 mai 2013, par Swager
Scorpions : "Sting in the tail"
(8/10) 19 décembre 2012, par Antoun Sehnaoui
The Scorpions : "Sting in the tail"
(9/10) 14 août 2010
The Scorpions : "Sting in the tail"
(10/10) 15 juillet 2010




vscvxaefe

9 août 2016 [retour au début des forums]

http://hannahmontanathemovie2016.weebly.com/home/miley-cyrus-the-climb
After the case of Doherty, Vanitatis wanted to know what happened to those eight children who were participants in a sociological phenomenon that became big stars (and not just television). This is what happened with them a quarter century later.

[Répondre à ce message]

TheCaseSolutions.com Review

26 mai 2016, par Alex Jhon [retour au début des forums]

Extraordinary Post !! Extremely intriguing theme will bookmark your for visit again..nice post.......

TheCaseSolutions.com Review

[Répondre à ce message]

Scorpions : "Sting in the tail"

29 avril 2015, par hj3e4r [retour au début des forums]

Clash of Clans Hack In iOS 9 deze functie zal een integraal onderdeel geworden van Apples kaarten en Apple weet dat het moet een dergelijke functionaliteit voor toepassing, het geïnvesteerd vorig jaar een bedrijf genaamd HopStop, die is gespecialiseerd in aanbod begeleide navigatie-informatie met het openbaar vervoer routes, 2015 als het jaar in welke technologieën ze de iDevice bereiken.
http://spellenhack.nl/clash-of-clans-hack/

[Répondre à ce message]

Scorpions : "Sting in the tail"

31 mai 2013, par Punk20-1 [retour au début des forums]

éjà parfois quelques piques au cœur de les savoir sur la fin du paent ces idoles au bout du monde pour peu qu’ils fassent changer le pneu avant droit du jet privé à Miami alors que vous peinez à payer les traites de votre chambrette à Melun (ou autre ville r

200-101 study guide pdf || 200-120 study guide pdf || 642-035 study guide pdf

[Répondre à ce message]

Scorpions : "Sting in the tail"

14 mai 2013, par Swager [retour au début des forums]

Not all academic paragraphs contain concluding sentences, especially if the paragraph is very short
1Z0-219
000-572
000-569

[Répondre à ce message]

    Scorpions : "Sting in the tail"

    28 décembre 2013, par fitri [retour au début des forums]


    After reading your article I was amazed. I know that you explain it very well. And I hope that other readers will also experience how I feel after reading your article. I feel very grateful that I read this. It is very helpful and very informative and I really learned a lot from it. You have a clever yet attractive way of writing. - Florist Surabaya

    [Répondre à ce message]

Scorpions : "Sting in the tail"

14 mai 2013, par Swager [retour au début des forums]

These three landmarks are truly amazing and make my hometown a famous place.
M70-101
1Z0-898
98-364

[Répondre à ce message]

    Scorpions : "Sting in the tail"

    16 mai 2014, par Florist Bandung [retour au début des forums]


    After reading your article I was amazed. I know that you explain it very well. And I hope that other readers will also experience how I feel after reading your article. I feel very grateful that I read this. It is very helpful and very informative and I really learned a lot from it. You have a clever yet attractive way of writing - Florist Bandung

    [Répondre à ce message]

Scorpions : "Sting in the tail"

14 mai 2013, par Swager [retour au début des forums]

This tree stands two hundred feet tall and is probably about six hundred years old.
650-756
351-080
250-371

[Répondre à ce message]

Scorpions : "Sting in the tail"

19 décembre 2012, par Antoun Sehnaoui [retour au début des forums]

Super artistes les Scorpions !
Antoun Sehnaoui

[Répondre à ce message]

The Scorpions : "Sting in the tail"

14 août 2010 [retour au début des forums]

NO FAN BUT YET SCORPIONS FOREVER IN MY HEART ! DON’T TOUCH !!!

[Répondre à ce message]

The Scorpions : "Sting in the tail"

15 juillet 2010 [retour au début des forums]

de toute façon ça fait 30 ans que Scorpions ne fait plus rien de bandant, ça date pas d’hier !

[Répondre à ce message]

    Garcinium

    23 mai 2014, par Garcinium [retour au début des forums]


    Excellent topic to have a short review, i am certainly impressed while having a look on to it.
    Well explained logic, that’s true and must be followed for best outputs
    Brilliant information being shared here with us, learned best examples from it
    Garcinium

    [Répondre à ce message]