Pop-Rock.com


Verviers, Spirit of 66, 22 mars 2011
Blaze Bayley
L’abnégation comme vertu

jeudi 31 mars 2011, par Arnaud Splendore

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Paradise Lost / Deathstars / The Old Dead Tree
Paul Di’Anno
Power of Metal 2011
Guns n’ Roses
Paradise Lost
Sepultura
Graspop Metal Meeting 2004
MetallicA
Iron Maiden
Graspop Metal Meeting 2003


Le moins que l’on puisse dire, c’est que la vie n’est pas simple lorsque l’on est un ex-chanteur d’Iron Maiden. On connaît les frasques de Paul Di’Anno, et la carrière solo de Bruce Dickinson n’est pas à proprement parler un franc succès. Blaze Bayley ne déroge pas à la règle mais toutes les difficultés du monde ne semblent pas pouvoir entamer l’enthousiasme et la passion de notre homme. Malgré des changements de personnel faisant passer Cradle of Filth pour un groupe stable, le décès de son épouse et un intérêt tout juste poli du grand public pour ses albums studio, Bayley et sa troupe ne se découragent pas pour autant et se lancent sur les routes pour défendre leur dernière galette, Promise and terror.

Dire que le public du Spirit of 66 est clairsemé est un euphémisme osé. Si le club verviétois peut accueillir 350 personnes (en tassant un peu), on compte royalement une cinquantaine de spectateurs qui ont fait le déplacement. Incluez dans ce chiffre une bonne part de nos voisins du nord de la frontière linguistique, venus à Verviers suite à l’annulation du concert d’Anvers de la veille, et vous aurez une idée du parterre. Pour peu, on pourrait croire être à un concert d’une formation locale plutôt que d’un ex-Iron Maiden. Il est vrai que le public belge est généralement casanier et qu’il faut souvent le sortir chez lui à grands coups de pied dans le cul, mais cela reste tout de même un triste constat, d’autant que le matériel solo de Blaze est franchement intéressant et ses prestations live sont généralement bonnes.

Fort heureusement, le nombre de spectateurs importe peu à Bayley. Il a beau se produire devant un public restreint, l’homme se dépense autant que dans un stade. Tout au long du concert, Blaze harangue le public, le fait chanter, divise les cinquante personnes en deux pour voir quel côté de la salle fait le plus de bruit. Bayley sort le grand jeu sans jamais ralentir tout du long des deux heures de concert et parvient graduellement à électriser la salle qui lui mange littéralement dans la main. Après quelques titres, la petite taille de l’assistance importe peu tant l’ambiance rappelle fortement un concert de Maiden. Il faut dire que l’homme dispose d’un charisme impressionnant et sa passion pour la musique est contagieuse. Sans viser personne (et surtout pasLacuna Coil), pas mal de ses collègues chanteurs feraient bien de prendre exemple sur lui.

Niveau musique, le groupe est au taquet et le son, comme toujours au 66, est nickel. La prestation est principalement axée sur les titres des deux derniers albums, The man who would not die et Promise and terror. Les chansons du nouvel album passent sans problème le test de la scène (avec une telle énergie, le contraire serait étonnant), et le public réagit à City of bones ou Watching the night sky comme s’il s’agissait de classiques de Maiden. En parlant de la vierge de fer, Blaze inclut dans son set Futureal, Man on the Edge et conclut le concert avec The clansman, trois chansons qu’il a co-signées à l’époque. Les trois titres sont autant de bombes qui achèvent de déchaîner le public, même si c’est en entendant les pains des musiciens sur ces chansons qu’on peut mieux se rendre compte de la virtuosité des membres d’Iron Maiden. Ca peut passer pour du chipotage, mais on ne parle pas ici d’un cover band, mais bien d’un groupe professionnel...

Hormis ces petits défauts, la prestation de Blaze Bayley est, comme à chaque fois, impériale. C’est le genre de concert duquel on ressort chargé à bloc et où l’on se demande comment il est possible que le groupe ne connaisse pas plus de succès. Question qui restera sans réponse, d’autant que l’ami Blaze est loin d’être le seul dans le cas. Mais là où d’autres auraient déjà raccroché, Bayley continue sans se décourager, en véritable soldat du metal. Sa passion est restée intacte comme au premier jour et c’est bien la moindre des choses que de se déplacer pour saluer l’effort. Merci Blaze, et à l’année prochaine !



Répondre à cet article

Arnaud Splendore





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Blaze Bayley
(1/2) 25 avril 2016
Blaze Bayley
(2/2) 31 mars 2011, par Vincent Ouslati




Blaze Bayley

25 avril 2016 [retour au début des forums]

The concert was really a success. The fans were having a great time. - The Review Solution

[Répondre à ce message]

Blaze Bayley

31 mars 2011, par Vincent Ouslati [retour au début des forums]

Ouaip, grand bonhomme...

[Répondre à ce message]